•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un programme pour encourager une vie saine chez les Premières Nations à Saskatoon

Le résumé d'Omayra Issa

La division scolaire catholique et le Conseil tribal de Saskatoon s'associent pour créer un nouveau programme qui vise à encourager le bien-être et l'activité physique chez les élèves des Premières Nations à l'école secondaire E. D. Feehan.

Le nouveau programme, baptisé Académie Miyo machikowin (vie saine en langue crie), verra le jour cet automne.

Il offrira des cours portant sur la linguistique, les études sociales, l'éducation physique, ainsi que sur le catholicisme et la spiritualité des Premières Nations.

La majorité de ce projet de 300 000 $ est financée par un don anonyme qui inclut des équipements d'exercices physiques d’une valeur totale de 50 000 $.

Attirer les élèves de St. Frances

Le chef du Conseil tribal de Saskatoon, Mark Arcand, a expliqué que le programme vise à attirer de nouveaux élèves en provenance de l’école élémentaire crie bilingue de St. Frances.

Nous avons 650 enfants à St. Frances, où vont-ils aller? Ils veulent venir ici pour continuer d’apprendre leur langue, leur culture, leur identité.

Mark Arcand, chef du Conseil tribal de Saskatoon

Il a également expliqué que le but de ce partenariat est d’augmenter le taux de diplomation des Premières Nations, mais aussi de résoudre certains problèmes de santé qui les touchent particulièrement, tel qu'un plus haut taux de diabète.

Lors de l'annonce de la création du programme, M. Arcand a déclaré vouloir contrer les effets des pensionnats autochtones.

Il s’agit de remettre l’Indien dans l’enfant indien.

Mark Arcand, chef du Conseil tribal de Saskatoon

Transmission

Une future enseignante du programme, Kendra Weenie, est originaire de la Nation crie de Sweetgrass. Elle a expliqué qu’elle aurait souhaité pouvoir profiter d’une telle offre dans son enfance.

Avoir un tel programme m’aurait vraiment aidé à bâtir mon identité. Cela m’aurait aidé à me connecter avec ma culture et à améliorer ma confiance en moi.

Kendra Weenie, future enseignante du programme

M. Arcand encourage également les élèves qui ne sont pas issus des Premières Nations à s’inscrire au nouveau programme.

Saskatchewan

Éducation