•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le N.-B. renonce à la privatisation des services non hospitaliers dans les hôpitaux

Benoît Bourque en entrevue
Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Benoît Bourque Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le gouvernement provincial renonce à la privatisation de la gestion des services de cafétéria, d'entretien ménager et de transport de patients dans les hôpitaux du Nouveau-Brunswick, a annoncé mercredi le ministre de la Santé, Benoît Bourque.

Le groupe de travail mixte a travaillé très fort pour trouver des possibilités d’amélioration de ces services au sein du secteur public et nous sommes convaincus que les régies régionales de la santé seront en mesure de s’acquitter de ce mandat au fil du temps, a déclaré Benoît Bourque.

Le gouvernement provincial avait lancé un appel d’offres en 2013. C’est l’entreprise Sodexo qui avait ensuite été chargée de la gestion des services alimentaires, d’entretien ménager et de transport.

Les représentants syndicaux sont satisfaits

Des représentants du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) étaient présents lors de l’annonce.

Suite à des pétitions, des manifestations, le soutien des groupes de défense des citoyens, nos efforts pour stopper la privatisation ont été couronnés de succès, a déclaré Norma Robinson, présidente de la section locale 1252, le Conseil des syndicats hospitaliers du Nouveau-Brunswick.

Plus de 280 emplois dans les hôpitaux auraient pu être éliminés si le gouvernement avait été de l’avant avec l’entente avec Sodexo, peut-on lire dans un communiqué du SCFP.

Je suis très heureux que le gouvernement ait écouté : on n’arrive pas à la prospérité en coupant des emplois.

Daniel Légère, président du SCFP NB
L'homme en entrevue à l'extérieurDaniel Légère, membre du Front commun pour la justice sociale. Photo : Radio-Canada

Le groupe de travail, mis sur pied en décembre 2017, avait pour mandat d'identifier les lacunes et les possibilités actuelles en matière de fourniture de services d’alimentation, d’entretien et de transport des patients au sein de nos régies régionales de la santé. Selon ce dernier, il y a un besoin d’améliorer la qualité, l’efficacité et l’efficience de ces services.

Le ministère de la Santé demande d’ailleurs aux régies régionales de la santé de préparer un plan à long terme pour transformer la prestation de ces services dits non hospitaliers, qu’elles devront présenter au gouvernement au cours de l’année à venir.

Notre travail n’est pas terminé. Il reste beaucoup de travail à faire pour améliorer notre système de santé publique, mais aujourd’hui nous célébrons cette victoire, a conclu Norma Robinson.

Nouveau-Brunswick

Santé