•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : balayage de la CAQ en vue à Québec

Photo de Geneviève Guilbault, députée caquiste de Louis-Hébert dans un stationnement près de son bureau de circonscription.
Geneviève Guilbault, députée caquiste de Louis-Hébert, serait réélue, selon ce sondage. Photo: Radio-Canada

Un sondage prévoit un balayage caquiste dans toutes les circonscriptions de Québec et Chaudière-Appalaches si des élections provinciales avaient eu lieu au début du mois. Le moral des troupes demeure toutefois excellent dans les rangs libéraux et péquistes, assurent des élus.

Un sondage Léger donne 37 % d'appui à la CAQ, qui formerait un gouvernement majoritaire, 28 % aux libéraux, 19 % au Parti québécois (PQ) et 9 % à Québec solidaire (QS).

Une projection de répartition des sièges accorde 83 sièges à la CAQ, 33 au Parti libéral (PLQ), 5 au PQ et 4 à QS.

La députée caquiste de Louis-Hébert, Geneviève Guilbault, interprète ces résultats comme un fort désir de changement des Québécois.

« Les Québécois sont tannés du gouvernement libéral, des nominations partisanes, du manque d’intégrité, du fait que les libéraux semblent prendre le pouvoir [et] les gens pour acquis », commente-t-elle.

Évidemment, ce sont des bonnes nouvelles, mais une chose est sûre, il y a encore beaucoup de travail pour convaincre les Québécois d’ici le 1er octobre. On ne tient jamais rien pour acquis.

Geneviève Guilbault, députée caquiste de Louis-Hébert
Le ministre Sébastien ProulxLe ministre Sébastien Proulx Photo : Radio-Canada

Proulx pas inquiet

Les résultats de ce sondage n’inquiètent pas outre mesure le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx.

« Une élection, ça se gagne quand il y a un vote à ce que je sache, encore. La politique, c’est un peu un sport. C’est le jour où il y aura élection que les gens décideront. Les sondages, c’est une lecture du moment. Sans plus », a-t-il déclaré mercredi matin à l'entrée du caucus libéral.


Jean-François Lisée se tient au lutrin avec un drapeau du Québec derrière lui. Le chef du PQ, Jean-François Lisée, dimanche, lors du conseil national du Parti, à Drummondville Photo : Radio-Canada

Une lutte à deux, selon Lisée

Même si son parti ne récoltait que cinq sièges selon la répartition du sondage, le chef du PQ, Jean-François Lisée, croit toutefois que tout va se jouer entre son parti et la CAQ lors de la campagne électorale.

« Ce n’est plus une lutte à trois, c’est une lutte à deux entre le PQ et la CAQ pour savoir qui va remplacer les libéraux. Et nous, on trouve que nous sommes très bien préparés à ça. On a hâte d’être dans le feu d’action, dans le feu du débat », souligne M. Lisée.

« On va gagner [dans] Taschereau », prédit pour sa part l'actuelle députée de cette circonscription, Agnès Maltais, qui quittera la politique à l'issue de son présent mandat.

Le sondage publié dans Le Journal de Québec signale un maigre 7 % d'indécis ce qui démontre, selon Léger, que la plupart des Québécois ont déjà arrêté leur choix.

La marge d'erreur de la consultation est de plus ou moins 1,7 %, 19 fois sur 20.

Politique provinciale

Politique