•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Canadien accusé d’être un imposteur emprisonné pendant 8 mois, avant d'être libéré

Photo d'un homme noir près d'une clôture.
Olajide Ogunye a été emprisonné pendant 8 mois avant qu'on confirme son identité. Photo: CBC/Grant Linton

Un homme de Toronto originaire du Nigeria a déposé une poursuite de 10 millions de dollars contre l'Agence des services frontaliers du Canada, qu'il accuse de l'avoir fait emprisonner pendant 8 mois parce que ses officiers ne croyaient pas qu'il était bien celui qu'il disait être.

Olajide Ogunye a dit à CBC que des agents des services frontaliers l’avaient accosté en juin 2016, alors qu’il sortait de chez lui pour se rendre au travail.

Il raconte qu’il leur a montré ses cartes de citoyenneté et d’assurance-santé de l’Ontario, mais en vain.

J’étais confus, très confus.

Olajide Ogunye, plaignant
Photo d'une carte d'identité canadienne avec la photo d'un homme noir.Olajide Ogunye dit avoir montré sa carte de citoyenneté aux agents, mais ces derniers ne l'auraient pas crue valide. Photo : Olajide Ogunye

Détenu pendant 8 mois

Le père de famille a été amené à un centre de détention près de l’aéroport Pearson.

Selon la poursuite, on lui aurait dit que ses empreintes digitales étaient celles d’Oluwafemi Kayode Johnson, un demandeur de statut de réfugié qui avait été expulsé du Canada dans les années 1990. Les autorités l’auraient accusé d’être revenu au Canada illégalement.

L’homme de 47 ans a ensuite été emprisonné dans des centres de détention à Milton et à Lindsay.

Pendant tout un mois, j'ai pleuré sans arrêt.

Olajide Ogunye, plaignant

M. Ogunye a finalement été relâché en février 2017.

Enquête bâclée?

Dans un rapport sur sa libération, l’Agence des services frontaliers du Canada admet n’avoir interrogé des membres de sa famille que six mois et demi après son arrestation. M. Ogunye soutient que l'Agence a bâclé l'enquête.

Ils ont détruit ma vie, j’ai perdu mon emploi. Ils ont détruit ma famille.

Olajide Ogunye, plaignant

M. Ogunye affirme qu’il a maintenant des relations tendues avec ses enfants.

L’Agence des services frontaliers dit ne pas pouvoir commenter la situation en raison de la poursuite déposée.

Dans son rapport sur la libération du plaignant, l’Agence affirme qu’il a été condamné pour fraude et usurpation d'identité par le passé, mais sans indiquer pourquoi il a été détenu si longtemps si l’organisation connaissait son identité.

Avec les informations de CBC

Justice et faits divers