•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle politique culturelle : les réactions dans l’Est-du-Québec

Marionnettes du spectacle de Pierre et le loup
La pièce de théâtre « Pierre et le loup » au Théâtre du Bic Photo: T.O.M.M.Théâtre
Radio-Canada

Les réactions à la politique culturelle libérale sont nombreuses et variées dans l'Est-du-Québec. Le gouvernement a annoncé mardi une enveloppe d'environ 601 millions de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années.

La directrice générale du Réseau des organisateurs de spectacles de l'Est-du-Québec, Solange Morrissette, est mitigée face à la nouvelle politique culturelle.

Elle salue les efforts déployés pour développer les liens avec le milieu de l'éducation et la jeunesse et pour améliorer les conditions des travailleurs culturels. Elle croit toutefois que le soutien à la diffusion de spectacles n'est pas suffisamment précisé dans les 52 millions de dollars sur cinq ans dédiés à la diffusion culturelle au Québec et à l'international.

Il y a de l'argent qui va aller à la création, aux artistes, il y a de l'argent qui va aller à la production et j'en suis très heureuse, mais on ne nomme pas toujours la diffusion.

Solange Morrissette, directrice générale du Réseau des Organisateurs de spectacles de l'Est-du-Québec

Contexte préélectoral

La directrice générale de Culture Côte-Nord, Marie-France Lévesque, se réjouit des investissements compris dans la nouvelle politique culturelle.

Elle rappelle toutefois que cette annonce a lieu dans un contexte préélectoral et qu’elle restera vigilante quant à l'application des nouvelles mesures.

Je pense que c'est une excellente nouvelle malgré qu'on soit dans un contexte électoral. Il faudra voir comment on pourra appliquer toutes ces belles mesures.

Marie-France Lévesque, directrice générale de Culture Côte-Nord

De son côté, le Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent accueille favorablement la nouvelle politique et se dit confiant pour la suite des choses.

Sa présidente, Julie Gauthier, ne croit pas que la politique présentée mardi soit menacée advenant la formation d'un nouveau gouvernement aux prochaines élections.

« Le ministre Luc Fortin avait fait une grande consultation. Des mémoires ont été déposées. Cette politique-là est quand même assise sur des revendications territoriales des organismes », explique-t-elle.

La présidente du conseil salue par ailleurs le soutien à la formation aux bénévoles inclus dans les mesures gouvernementales

Un fossé entre les musées nationaux et régionaux

La nouvelle politique vient cependant creuser encore plus le fossé entre les musées nationaux et les musées régionaux, selon la directrice générale du Musée du Bas-Saint-Laurent, Mélanie Girard.

Mélanie Girard, directrice générale du Musée du Bas-Saint-LaurentMélanie Girard, directrice générale du Musée du Bas-Saint-Laurent Photo : Radio-Canada

Même si elle accueille positivement la bonification de certaines enveloppes budgétaires, elle dénonce le fait que le financement de musées comme le sien soit encore basé sur les différents projets que son équipe présente. Cette façon de faire amène beaucoup de pression dans les musées régionaux.

On fonctionne à court terme et on ne nous donne pas les moyens d’avoir une vision à long terme et de travailler dans le long terme, alors c’est très épuisant à la longue pour tous les travailleurs culturels.

Mélanie Girard, directrice générale du Musée du Bas-Saint-Laurent

Mélanie Girard salue toutefois la création d'une enveloppe pour la conversion de lieux de culte. Selon elle, cette aide pourrait faire une différence dans le projet du musée, qui aimerait déménager à l'église Saint-François.

D'après les informations de Xavier Lacroix

Bas-Saint-Laurent

Arts