•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des arrosages contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette en forêt privée

Des dispositifs qui servent à l'arrosage sur un avion de la SOPFIM.
Trois hélicoptères et un avion de la SOPFIM arroseront les forêts privés du Bas-Saint-Laurent. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Pour la première fois de son histoire, la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) entreprend des arrosages pour lutter contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette en forêt privée. Près de la totalité de ces arrosages seront concentrés au Bas-Saint-Laurent.

Le directeur général du secteur sud-est du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs explique que le gouvernement a pris la décision de protéger la forêt privée en raison de sa contribution au développement économique local.

Il explique que la forêt privée représente la moitié de la contribution à l’industrie forestière au Bas-Saint-Laurent.

La contribution de la forêt privée est relativement importante pour notre secteur industriel, donc je pense que c’est important aussi de protéger les investissements qui ont été faits en forêt privée.

Paul Saint-Laurent, directeur général du secteur sud-est du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Au total, 90 % des arrosages se feront au Bas-Saint-Laurent, où l'infestation est sévère. Les terrains de 800 à 900 propriétaires privés seront ciblés.

Réservoirs pour l'arrosage de la tordeuse des bourgeons de l'épinetteRéservoirs pour l'arrosage de la tordeuse des bourgeons de l'épinette Photo : Radio-Canada

Le directeur général de la SOPFIM, Jean Yves Arsenault, explique que les superficies arrosées en forêt privée représentent 5 % de l'ensemble des opérations d'arrosage de l'année en cours.

Au Bas-Saint-Laurent, on va avoir trois hélicoptères qui vont être utilisés, de même qu’un avion.

Jean Yves Arsenault, directeur général de la SOPFIM

Le gouvernement du Québec est à l'origine du programme qui permet ces arrosages. Quelque 10 millions de dollars ont été dépensés l'an dernier pour la planification du programme et un autre montant de 10 millions de dollars est prévu pour sa mise en oeuvre au cours des cinq prochaines années.

D'après les informations de Denis Leduc

Bas-Saint-Laurent

Industrie forestière