•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeûner 18 heures par jour quand on travaille : une affaire de foi

Le ramadan: une journée dans la vie d'un musulman qui jeûne

Imaginez passer 18 heures par jour sans manger ni boire, tout en demeurant productif au travail et dans la vie. Depuis bientôt un mois, un million de Canadiens de confession musulmane se prêtent à ce régime au quotidien, dans le cadre du mois du ramadan.

Un texte de Patricia Bitu Tshikudi

Pour le commun des mortels, maintenir un régime aussi strict que celui imposé pendant le ramadan relève de la torture.

Il y a quelqu’un qui m’a dit “you are insane!” [ tu es fou!]

Ibrahima Soumbounou, Winnipégois originaire du Sénégal

Mais pour les fidèles, c’est un rite obligatoire prescrit dans le Coran. Un des cinq piliers de l'islam, qu’on accomplit avec joie.

« C’est une très bonne obligation qui nous rappelle que l’être humain n’est pas juste un corps qui doit assouvir ses désirs », explique Youssef Bezzahou, un musulman de Winnipeg.

« Il y a aussi notre âme qui doit assurer le contrôle de notre corps, ajoute-t-il. C’est un bootcamp très important pour revenir à l’équilibre. »

Un homme sourit en regardant devant lui.Youssef Bezzahou célèbre le ramadan. Photo : Radio-Canada / Patricia Bitu Tshikudi

Pour les musulmans de Winnipeg, le jeûne, ça veut donc dire cesser de s’alimenter aux alentours de 3 h 30 du matin et jeûner jusqu'au coucher du soleil, soit vers 21 h 40. Au Manitoba, la durée du jeûne compte près de six heures de plus qu'en Afrique, par exemple, où les journées d'ensoleillement sont moins longues.

Programmeur informatique de jour, gardien de sécurité le soir, Ibrahima Soumbounou, 32 ans, jeûne chaque jour depuis le début du ramadan. Quand on lui demande comment il parvient à garder le moral, il répond qu’il est habitué.

« C’est amusant aussi, lance-t-il nonchalamment. C’est le fun quand tu sais que tu as la possibilité d’acheter quelque chose à manger, mais tu n’achètes pas parce que tu crois en quelque chose. »

Le ramadan, ce n’est pas facile, et je pense que mentalement c'est quelque chose qui joue.

Ibrahima Soumbounou, résident de Winnipeg

Des employeurs compréhensifs

Rencontré au moment de commencer son quart de travail de soir, Ibrahima Soumbounou dit se sentir en pleine forme. Il confie apprécier la flexibilité que lui offrent ses employeurs.

« Je commence à 19 h et je vais terminer à 1 h du matin. [...] J’ai dit à mon employeur que je jeûnais et il comprend. À l’heure de couper le jeûne, ils me donnent une petite pause pour manger, et je vais continuer mon travail après. »

Pour moi, c’est plus facile d’être occupé, comme ça mon esprit n’est pas bloqué [par] ma faim, donc je ne pense pas juste au fait que j’ai envie de manger.

Ibrahima Soumbounou, résident de Winnipeg

Au cours des 30 jours que dure le mois du ramadan, les fidèles sont appelés à réfléchir sur leur foi et sur la place de la compassion, de la patience et de l'humilité dans leur vie.

Pour le jeune homme, c’est donc une occasion de concentrer ses pensées sur l’essentiel et d'entretenir sa compassion.

« Je travaille, j’ai de l’argent, j’ai de quoi m’acheter à manger à n’importe quel moment. Je ne sais pas comment la personne qui a faim se sent, explique-t-il. Aujourd’hui, moi qui suis en train de jeûner, je suis plus enclin à aider une personne [...] je compatis davantage. »

La fin du ramadan est prévue le 14 ou le 15 juin, selon le calendrier lunaire.

Croyances et religions

Société