•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 35 ans, l’achat de l’archipel de Mingan faisait des vagues

    Une plage avec d'imposants monolithes de calcaires et bordée par des conifères.
    L'archipel de Mingan est acheté par le gouvernement fédéral en 1983. Photo: Radio-Canada / Reportage de l'émission Montréal ce soir du 16 juillet 2001
    Radio-Canada

    Le 14 juin 1983, le Canada acquiert l'archipel de Mingan. La décision, qui ne fait pas l'unanimité, permet d'instaurer un système de cogestion unique avec la communauté autochtone. Retour en archives sur l'achat controversé, mais bénéfique, de ce lieu naturel d'une grande beauté.

    L’archipel de Mingan est situé sur la Côte-Nord du Québec. Le gouvernement du Québec le déclare site patrimonial en 1978. Un projet est sur la table : créer le parc provincial de la Minganie.

    Mais, le 14 juin 1983, le vent tourne, et Ottawa achète l’archipel aux coûts de cinq millions de dollars. Québec n’était pas au courant de cette transaction soudaine.

    Comment cela était-il possible? Le territoire appartenait à l’époque à la compagnie pétrolière albertaine Dome Petroleum Ltd. Or, l’achat à un propriétaire privé permettait au gouvernement canadien d’outrepasser la nécessité d’un accord avec le Québec. C'est ce qu'explique la journaliste Louise Lafontaine au Téléjournal du 15 juin 1983.

    « Téléjournal », 15 juin 1983

    La province réagit immédiatement et demande la rétrocession du territoire. Pourtant, l’achat est fait légalement, et le Canada maintient sa propriété sur l’archipel de Mingan.

    Le gouvernement fédéral a tout de même à cœur de conserver et de protéger le site naturel. En 1984, le territoire est désigné réserve de parc national du Canada de l'Archipel-de-Mingan.

    L’endroit est placé sous l’égide de Parcs Canada. Mais rapidement, Ottawa décide d’impliquer la nation autochtone vivant en Minganie.

    Une cogestion inédite

    La communauté autochtone des Innus vit et chasse sur le territoire de la Minganie depuis des siècles. C’est un territoire qu’ils revendiquent comme le leur.

    À la suite de l’achat de l’archipel, le Canada décide de partager le contrôle de la réserve du parc national. Ottawa instaure un système de cogestion avec la communauté.

    Le journaliste Pierre Migneault détaille cette implication directe et sans précédent des Innus au Téléjournal du 19 avril 1989.

    « Téléjournal », 19 avril 1989

    La cogestion signifie qu’Ottawa reconnaît aux Montagnais [Innus] non seulement leur lien avec le passé du territoire, mais aussi leur droit de participer à leur avenir.

    Pierre Migneault, journaliste

    La beauté d’un parc fragile

    La grande valeur écologique et touristique de l’archipel de Mingan ne date pas d’hier. Dans les années 1920, le frère Marie-Victorin visite la région et y répertorie une flore unique et fragile.

    Après 1983, on constate une augmentation inespérée du tourisme dans la région. En l'espace de deux ans après l'achat par Ottawa, on note une hausse de 70 % du nombre de visiteurs en Minganie.

    Et pour cause. À l’émission Montréal ce soir du 16 juillet 2001, le journaliste Paul Toutant dresse un portrait idyllique de l’endroit.

    « Montréal ce soir », 16 juillet 2001

    L’archipel compte une quarantaine d’îles, dont certaines sont aménagées pour accueillir les touristes. D’autres servent de réserves naturelles, notamment pour les nombreuses espèces d’oiseaux qu’on trouve dans la région. Et on ne peut certainement pas manquer d'admirer les monolithes de calcaire, uniques au pays.

    Les raisons sont nombreuses de visiter ce lieu naturel d’une beauté unique. Un coin de pays à découvrir, à redécouvrir et à préserver.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Environnement