•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que Robin Aubert a oublié de dire au Gala Québec Cinéma

Il a remporté le prix Iris du meilleur film
Robin Aubert Photo: Radio-Canada / capture d'écran
Radio-Canada

Plus d'une semaine après avoir triomphé au Gala Québec Cinéma, Robin Aubert est revenu sur l'événement, mardi, dans un long message publié sur Facebook. Relayées plusieurs centaines de fois par des internautes, ces « réflexions post-Gala » lui permettent notamment de livrer le discours féministe qu'il avait écrit pour l'occasion, mais qu'il a oublié de lire.

Après avoir reçu le prix Iris de la meilleure réalisation, le 3 juin, Robin Aubert ne s’était pas montré très bavard sur scène, rejoignant rapidement les coulisses. Le cinéaste semble lui-même regretter cet empressement. « Pourquoi, sur scène, j'ai oublié de sortir mon texte sur la parité? » se demande-t-il 10 jours plus tard.

S’il avait lu son discours, Robin Aubert aurait alors expliqué qu’« avec le nombre de navets que les gars ont fait depuis des années, ça serait le fun qu'on laisse la chance aux filles de se planter elles aussi. Ça fait 125 [ans] qu'on se fait raconter des bobards d'un bord; ça serait le fun d'avoir la version des faits de l'autre côté. »

Je veux que ma fille parte sur la même ligne de départ que mon gars. Le reste, celui qui arrive en premier, c'pas important.

Robin Aubert

Plus loin, Robin Aubert rend d’ailleurs un hommage tout particulier à une femme : « Pourquoi ma blonde, qui a sauvé mon film de la noyade des dizaines de fois, n'est pas montée sur scène avec nous? »

Roy Dupuis, André Forcier, Jeanne Leblanc, Louis Saia, Jean Lapointe, Michel Barrette et Patrick Hivon sont d’autres personnalités célébrées dans le long message.

Ces réflexions comportent aussi quelques coups de griffe, en particulier contre ceux qui s’en prennent au financement du septième art québécois : « L'internaute qui parle du cinéma d'ici comme si [on] volait l’argent du contribuable, ne sait-il pas encore qu'on utilise aussi ses taxes pour violer le territoire à coup de pipelines? Est-ce qu'il se réjouit qu'on coupe dans les bibliothèques? Ne sait-il pas encore que l'argent d'un film fait rouler l'économie d'un village entier? »

Souvent grave dans sa lettre, Robin Aubert finit toutefois sur une note humoristique, se demandant où mettre son prix Iris et s'interrogeant sur l’efficacité du Windex pour le nettoyer.

Cinéma

Arts