•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • 70 $ pour une semaine de travail à l’Église de scientologie

    Un homme marche devant l’Église de scientologie de Québec
    L’Église de scientologie de Québec Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau
    Gaétan Pouliot

    Des membres de l'Église de scientologie qui travaillent pour l'organisation reçoivent de maigres salaires sous prétexte qu'ils sont des « travailleurs religieux ». Un statut non reconnu au Québec qui ouvre la porte à un système de rémunération en infraction avec la loi.

    Au centre-ville de Québec, l’Église de scientologie a pignon sur rue dans un quartier qui a subi une cure de jouvence. Visibles par de larges vitrines, les locaux de l’organisation sont attrayants. Les membres du personnel vêtus d’habits noirs et dorés accueillent les visiteurs avec le sourire. Malgré les apparences de prospérité, les travailleurs y sont faiblement rémunérés, selon des relevés de paye obtenus par Enquête d’une source confidentielle.

    En décembre dernier, un membre du personnel aurait travaillé près de 40 heures au cours d’une semaine pour un salaire de 70 $... c’est-à-dire moins de 2 $ l’heure. Le salaire minimum était pourtant de 11,25 $ l’heure à ce moment.

    Sur le relevé de paye, on voit que le travailleur a gagné 69,57 $ pour une semaineRelevé de paye de l’Église de scientologie de Québec Photo : Source confidentielle

    Selon les préceptes du fondateur de l’Église de scientologie, L. Ron Hubbard, les membres du personnel ne sont pas payés à l’heure, mais plutôt selon des « unités », ont expliqué d’ex-scientologues à Radio-Canada. La valeur de ces unités, attribuées selon le rôle et l’expérience de chacun, fluctue de semaine en semaine selon les rentrées d’argent au sein de l'organisation.

    Sur d’autres relevés de paye, des travailleurs recevaient moins de 40 $ pour une semaine. L’un d’eux a été payé 20,19 $, alors qu’il avait 6 « heures totales » inscrites au compteur. Radio-Canada a tenté d’obtenir des commentaires de ces membres du personnel, sans succès.

    De leur salaire brut, les travailleurs doivent en plus déduire impôts et autres contributions, comme l'assurance-emploi. Le relevé de salaire suivant montre que ce membre du personnel a reçu 10 700 $ pour une année de travail; 8275 $ après les déductions.

    On voit sur le relevé de paye que le travailleur a gagné 10 700 $ pour une annéeAgrandir l’imageRelevé de salaire de l’Église de scientologie de Québec Photo : Source confidentielle

    Travailleurs religieux

    L’Église de scientologie de Québec a refusé d’accorder une entrevue à Enquête. Elle affirme par courriel que les membres de son personnel ne sont pas des « employés ». « Ils contribuent volontairement aux activités de l'Église et ses buts humanitaires. Ils ne travaillent pas pour un gain monétaire, mais pour aider les autres », explique Michelle Lacombe, directrice des affaires publiques de l’organisation.

    Les membres du personnel de l'Église de scientologie de Québec ne sont pas des “employés”, mais des travailleurs religieux.

    Michelle Lacombe, de l’Église de scientologie de Québec

    Le concept de « travailleurs religieux » est cependant inexistant dans la Loi sur les normes du travail. Pour ce qui est du bénévolat, la réponse de l’Église de scientologie fait sourciller Dalia Gesualdi-Fecteau, professeure au Département des sciences juridiques de l’UQAM. « On ne peut pas être un semi-bénévole. On est salarié ou on est bénévole », dit la spécialiste du droit du travail.

    J’ai l’impression que c’est une façon structurée d’avoir du cheap labor.

    Dalia Gesualdi-Fecteau, spécialiste en droit du travail

    Les salaires versés, même petits, feraient en sorte qu’il ne s’agit pas de bénévolat. « On semble sortir du paradigme du bénévolat parce qu’il y a des talons de paye, il y a des déductions qui sont prélevées », explique Mme Gesualdi-Fecteau, qui a travaillé huit ans comme avocate à la Commission des normes du travail du Québec.

    L’Église de scientologie a refusé de répondre à nos questions sur le salaire minimum, puisque cela « ne fait pas de sens » pour des « membres volontaires ». Mme Lacombe avoue cependant que, « naturellement », il y a des « compensations pour faire en sorte qu'il soit possible pour les membres du personnel de faire leur travail ».

    L’organisation, qui affirme compter environ 70 travailleurs à Québec, poursuit son recrutement. « Comme notre communauté est en augmentation constante, le besoin de nouveaux membres du personnel est proportionnel », dit la directrice Michelle Lacombe.

    Des publicités ont d’ailleurs été produites pour aider au recrutement.

    Sur les documents il est écrit : « Joignez-vous à l'équipe. »Documents de promotion de l’Église de scientologie de Québec Photo : Église de scientologie (montage de Radio-Canada)

    Des informations? Contactez-nous!

    Si vous avez des informations concernant l’Église de scientologie, écrivez-nous : gaetan.pouliot@radio-canada.ca

    De l’esclavage, selon un ex-scientologue

    Depuis plusieurs années, d’ex-membres de l’Église de scientologie soutiennent avoir avoir été faiblement rémunérés par l’organisation, sous le salaire minimum en vigueur dans leur pays.

    Jean-Paul Dubreuil, ex-scientologue québécois, connaît bien ce système « Quand j’étais membre, on était payé selon ce que l’on pouvait récolter. Si le groupe ne faisait pas un sou, on n’était pas payé », explique-t-il, ajoutant qu’avant de rémunérer le personnel, l’Église locale devait payer les factures et redonner une part des profits à l’organisation mère, telle une franchise. M. Dubreuil critique fortement ce système qu’il considère aujourd’hui comme inacceptable.

    C’est de l’esclavage pur et net. Mais c’est de l’esclavage dans la joie puisqu’on est en train de sauver le monde.

    Jean-Paul Dubreuil, ex-membre de l’Église de scientologie

    Auteur du livre Les coulisses de la scientologie, M. Dubreuil a quitté l’organisation il y a longtemps, en 1990, mais demeure l’une des rares personnes au Québec à dévoiler les secrets de l’organisation à qui il a donné plus de six années de sa vie.

    Ludovic Durand, un ex-scientologue français qui a travaillé 20 ans au Celebrity Centre de l’organisation à Paris, est pour sa part encore ébranlé par son expérience de la scientologie. Au début de son engagement dans les années 80, il était très enthousiaste de son travail. Il ne pensait pas du tout aux conditions de travail, « totalement aveuglé et convaincu d’être dans la bonne voie », avoue-t-il aujourd’hui avec le recul.

    Mais il a déchanté par la suite, notamment en raison des faibles salaires. « C’est évident que ce n’est pas du bénévolat, ça n’a jamais été du bénévolat. Ça, c’est la façade », dit-il.

    La porte-parole de l'Église de scientologie de Québec en poste en 2010 avait révélé au quotidien Le Devoir qu’elle gagnait seulement de 800 $ à 1000 $ par mois pour du travail à temps plein, ce qui se situait sous le salaire minimum de l’époque.

    Un membre du personnel tient la porte d'entrée de l’Église de scientologie de QuébecL’Église de scientologie de Québec Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

    Services spirituels

    En plus de leur maigre salaire, le personnel bénéficie de « services spirituels » et de « cours d'amélioration personnelle », souligne la directrice Lacombe. À ce propos, la professeure Gesualdi-Fecteau est catégorique : cela ne peut pas remplacer un salaire. « On ne peut pas être payé en nature. »

    Il existe quelques exceptions aux normes du travail qui permettent à une organisation de rémunérer une personne sous le salaire minimum. Mais cela ne s’appliquerait pas à l’Église de scientologie de Québec. « Je n’arrive pas à trouver d'exception qui permettrait de justifier une rémunération en deçà du salaire minimum », dit la professeure de l’UQAM.

    « Une personne qui n’est pas visée par une exclusion [à la Loi], qui ne semble pas être un bénévole, il a droit au salaire minimum. À ce moment-là, on est en infraction avec la Loi sur les normes du travail. Il n’y a pas d’autre façon de le dire », conclut-elle.

    Au Québec, l’Église de scientologie a des bureaux dans la Vieille Capitale et à Montréal. Elle est aussi présente ailleurs au pays et dans le monde.

    La CNESST ouvre une enquête

    À la suite de notre reportage, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a déclenché une enquête sur l'Église de scientologie.

    Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête

    Croyances et religions

    Société