•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'énergie éolienne, pilier économique dans l'Est-du-Québec

Deux éoliennes se trouvent au cœur d'une forêt à Matane.
Quelles sont les retombées de l'exploitation des parcs éoliens au Québec? Photo: Radio-Canada

À l'occasion du Colloque de l'industrie éolienne qui se déroule à Carleton-sur-Mer jusqu'à mercredi, l'Association canadienne de l'énergie éolienne (CanWEA) publie un rapport sur les retombées économiques de l'exploitation des parcs éoliens pour les collectivités du Québec.

Un texte d'Adrianne Gauvin-Sasseville en collaboration avec Catherine Poisson

Le rapport, réalisé par la firme Aviséo Conseil, dresse le portrait des retombées liées à l’exploitation des parcs éoliens, pour les communautés d’accueil des projets. Des impacts qui se mesurent sur des périodes de 20 à 25 ans, pour la durée des contrats d’achat d’électricité.

Les résultats de ce rapport sont positifs et encourageants, aux yeux du directeur régional pour le Québec de CanWEA, Jean-Frédérick Legendre. « C’est une démarche qui est complètement nouvelle, c’est la première fois qu’on fait ça au Québec, au Canada même », explique-t-il, au sujet de l'étude.

L’exploitation des parcs éoliens engendre :

  • Des dépenses de fonctionnement annuel de 318 M$ ;
  • Des revenus annuels de 120 M$ aux communautés d’accueil des projets, dont 56 % sont destinés aux municipalités et aux MRC (municipalités régionales de comté) ;
  • 32 M$ en revenus pour les gouvernements du Québec et du Canada.

60 % des revenus dans l'Est-du-Québec

Sur les 120 M$ de revenus annuels, près de 60 % vont aux communautés de l’Est-du-Québec. Au Bas-Saint-Laurent, les revenus tirés de l'éolien s'élèvent à 34 M$ et en Gaspésie, à 25 M$. Le gouvernement du Québec touche 16 M$, alors que 30 % de ces revenus sont destinés aux communautés autochtones de la province.

On est agréablement surpris par l’ampleur des résultats.

Jean-Frédérick Legendre, directeur régional pour le Québec, CanWEA

Ces résultats perdurent pour toute la durée des contrats, explique M. Legendre. « Ce ne sont pas des chiffres qui sont gonflés par un boom dans la construction, ce sont des revenus stables sur lesquels les communautés vont pouvoir compter sur 20 à 25 ans », précise-t-il.

L’enquête a été réalisée au cours des mois de mars et avril 2018, auprès des principaux exploitants de parcs éoliens au Québec.

Bas-Saint-Laurent

Industries