•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux Christophe des Eskimos ont des objectifs bien différents

À gauce, Christophe Mulumba-Tshimanga et à droite Christophe Normand, après un entraînement des Eskimos.
Le secondeur Christophe Mulumba-Tshimanga et le centre-arrière Christophe Normand partagent le même prénom, mais ont des objectifs différents cette saison. Photo: Radio-Canada / Patrick Henri
Radio-Canada

Christophe Mulumba-Tshimanga entame sa deuxième saison dans la Ligue canadienne de football (LCF), sa deuxième avec les Eskimos. Christophe Normand est maintenant un vétéran. Joueur autonome après trois saisons à Winnipeg, il a choisi Edmonton pour poursuivre sa carrière.

Un texte de Patrick Henri

Le deuxième camp d’entraînement de Christophe Mulumba-Tshimanga a été très différent du premier.

L’an passé, il arrivait des rangs universitaires américains, il devait réapprendre les règles du football canadien et faire sa marque afin de convaincre la direction de l’équipe de lui permettre d’amorcer la saison à Edmonton.

Ses objectifs étaient de se tailler une place au sein des unités spéciales, de jouer suffisamment bien pour devenir partant en défense au cours des deux saisons suivantes.

Les nombreuses blessures de ses coéquipiers ont accéléré les choses.

Dès la quatrième semaine du calendrier, il se retrouvait comme partant. À sa première saison, il a entamé la moitié des 18 matchs des siens, en défense.

Il s’est illustré en réussissant 19 plaqués défensifs et 3 sacs du quart. Il a aussi forcé 2 échappées et ajouté 13 plaqués au sein des unités spéciales.

Chaque fois que je saute sur le terrain, je veux réaliser un jeu. Je veux que le quart adverse lance dans ma direction, je veux être impliqué dans l’action.

Christophe Mulumba-Tshimanga, secondeur, Eskimos

À sa deuxième saison dans la LCF, l’ex-porte-couleurs de l’Université du Maine a des objectifs différents.

Cette année, il s’est présenté au camp, plus léger de 8 kilos, mais surtout plus confiant.

« Je sais maintenant que, si je fais un mauvais jeu, je dois garder la tête haute », mentionne le joueur de 25 ans. « Et, si j’ai connu un mauvais match, je dois rester calme et revenir en force la prochaine fois. »

Le secondeur ne se fixe pas d’objectif précis quant au nombre de plaqués, de sacs ou d’interceptions qu’il veut réussir, il veut tout simplement bien jouer pour passer le plus de temps possible sur le terrain.

Le nom de Christophe Mulumba Tshimanga ne se retrouve pas, pour l’instant, sur la liste des partants des Eskimos en défense. Adam Konar, un autre Canadien sera le partant comme secondeur du côté faible.

Spécialité : unités spéciales

Si Christophe Mulumba-Tshimanga espère passer moins de temps au sein des unités spéciales, ce n’est pas le cas de l’autre Christophe.

L’ancien du Rouge et Or de l’Université Laval a choisi les Eskimos, justement en raison de la possibilité de passer beaucoup de temps au sein des unités spéciales.

L’an passé, j’ai beaucoup joué au sein de l’attaque avec Winnipeg, mais pas assez au sein des unités spéciales.

Christophe Normand, centre-arrière, Eskimos

Le parcours de Normand est un peu différent de celui des autres joueurs canadiens de la LCF. Bien souvent, des joueurs excellent à l’attaque ou en défense à l’université et deviennent des spécialistes des unités spéciales chez les professionnels.

Le joueur de Bromont a surtout joué au sein des unités spéciales pendant ses quatre années universitaires. Les Blue Bombers voulaient qu’il évolue pour leur attaque, comme centre-arrière.

Même s’il a joué comme centre-arrière et demi offensif avec le Rouge et Or, c’est au sein des unités spéciales qu’il se sent le plus à l’aise.

Utilisé comme centre-arrière, Normand a disputé tous les matchs des Blue Bombers au cours des deux dernières saisons.

Son rôle était surtout de bloquer les adversaires. En 36 rencontres, il n’a couru avec le ballon qu’à 11 reprises et a capté un total de 10 passes.

Sur le terrain, Normand ne cherche pas à être flamboyant, il veut seulement faire son travail.

Si les spectateurs remarquent un de ses plaqués, tant mieux, mais pour lui, l’important, c’est que ses entraîneurs soient satisfaits de son jeu.

Après avoir reçu la confirmation, dimanche, qu’il faisait bel et bien partie de la formation de 46 joueurs des Eskimos, il a donné le feu vert à sa famille, qui peut maintenant venir le retrouver dans la capitale albertaine.

Sa conjointe et ses deux enfants seront à Edmonton à temps pour le premier match à domicile des Eskimos le 22 juin. D’ici là, celui qui aura 27 ans en octobre se prépare à affronter ses anciens coéquipiers, jeudi, à Winnipeg.

Football

Sports