•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Armée canadienne restreindra l’usage du cannabis

Gros plan sur une cigarette de marijuana.
La politique sur l'usage du cannabis de l'armée a nécessité des mois d'études légales et médicales. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck
Radio-Canada

Les Forces armées canadiennes imposeront à leurs membres des restrictions quant à l'usage du cannabis quand il sera légal, mais n'ont pas l'intention d'en interdire complètement la consommation.

Un haut commandant a révélé qu’une politique « qui permettra à l’armée de respecter la loi » est en préparation.

La semaine dernière, le Sénat a suggéré une longue série d’amendements au projet de loi C-45 du gouvernement libéral sur la légalisation du cannabis.

Le lieutenant-général Charles « Chuck » Lamarre, à la tête du Commandement du personnel militaire, a mentionné que la politique de l’armée sur l’usage du cannabis, élaborée après des mois d’études légales et médicales, imposera des restrictions plus strictes que sa politique sur l’alcool, tout en n'interdisant pas complètement la substance.

Ce n’est pas une interdiction totale. Nous ne pourrons pas faire ça. Si la loi dit que ce n’est plus criminel de posséder de la marijuana, alors ce n’est plus criminel. Nous ne pouvons donc pas imposer une interdiction complète.

Chuck Lamarre, lieutenant-général à la tête du Commandement du personnel militaire des Forces armées canadiennes

« Mais en même temps, ajoute le lieutenant-général, je crois que les Canadiens s’attendent à ce que notre capacité opérationnelle […] ne soit jamais compromise. »

La politique sera appliquée aux membres de l’armée en uniforme, mais comprendra aussi des directives pour les 30 000 employés civils de la défense nationale qui appuient les opérations militaires directement ou indirectement.

Des militaires portant l'uniforme des Forces armées canadiennes paradant à proximité d'un drapeau du CanadaDes secteurs de l’armée ont réclamé que l’usage de marijuana soit totalement prohibé pour certains postes, notamment pour les pilotes. Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Des restrictions pour les pilotes

Chuck Lamarre soutient cependant que des secteurs de l’armée ont réclamé que l’usage de marijuana soit totalement prohibé pour certains postes, notamment pour les pilotes.

Sans donner plus de détails, le lieutenant-général a reconnu que l’Aviation royale canadienne avait des « inquiétudes spécifiques ».

Il explique avoir été mandaté pour déterminer les secteurs où les restrictions doivent être plus sévères.

De plus, chaque commandant des différentes divisions (l’Armée de terre, l’Aviation royale, la Marine royale et les forces spéciales) a reçu l’ordre de désigner les emplois qui devraient être assujettis à des restrictions particulières.

« On s’attend à ce qu’ils nous disent qu’il doit y avoir des restrictions dans tel poste, pour telle durée et lors de telle circonstance », explique le lieutenant-général Lamarre.

La drogue de choix des soldats

Depuis 2007, des milliers de membres des Forces armées canadiennes ont subi un test de dépistage de drogues à leur insu.

Ces tests ont systématiquement conclu que la marijuana est la drogue illégale de choix des membres de l’armée, plus populaire que la cocaïne et d’autres drogues dures.

Le lieutenant-général Lamarre ne croit toutefois pas que la légalisation du cannabis entraînera une augmentation de son usage au sein de l’armée.

Il soutient que ceux qui se joignent à l’armée veulent relever des défis comme piloter un avion ou un hélicoptère et qu’ils ne seraient pas tentés de compromettre leur rêve en consommant des drogues à utilisation restreinte.

D’après un texte de Murray Brewster, CBC News

Avec les informations de CBC News

Politique fédérale

Politique