•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires d'Ottawa approuvent le nouveau concept pour le Château Laurier

La nouvelle aile comporte moins de verre et plus de pierre beige rappelant le matériau utilisé dans l'édifice original. (Archives)

La quatrième mouture de la nouvelle aile du Château Laurier. (Archives)

Photo : Larco Investments LTD

CBC

Les fonctionnaires de la Ville d'Ottawa recommandent, dans un rapport rendu public lundi, que les élus municipaux approuvent la dernière mouture du projet d'agrandissement du Château Laurier.

Les trois versions précédentes n'avaient pas reçu l'appui de la Ville, qui jugeait qu'elle ne respectait pas le caractère patrimonial du bâtiment historique. Cette fois-ci, les fonctionnaires jugent que la nouvelle aile est plus intéressante que le stationnement qu'il doit remplacer.

« Cet ajout va rétablir un lien entre l'hôtel et le parc Major's Hill, et conserver et améliorer la valeur historique de l'endroit par le retrait d'un garage peu sympathique qui diminue la valeur de l'hôtel », peut-on lire en anglais dans le rapport.

La Ville apprécie également le fait que la hauteur soit réduite à sept étages, permettant à l'immeuble historique de demeurer dominant à partir de tous les côtés.

Le rapport ajoute que la Ville ne peut pas imposer un style architectural particulier, malgré que plusieurs citoyens rejettent la facture moderne du projet.

Le sous-comité du patrimoine bâti doit analyser le rapport le 18 juin. Ce sera au tour du comité de l'urbanisme le 26 juin, puis possible du conseil municipal le 27 juin.

L'architecte de la firme Larco Investments défend son plan d'agrandissement

L'architecte derrière le plan d'agrandissement controversé du Château Laurier a défendu plus tôt cette semaine son dernier projet. Il espère qu'une fois que celui-ci sera réalisé, les gens penseront que la beauté originale du bâtiment historique aura été préservée.

Les gens ont peur du changement, juge l'architecte Peter Clewes de la firme Larco Investments, alors que son plan d'agrandissement a été qualifié de « hideux » par certains.

La critique est quelque chose de « normal », estime-t-il.

Peter Clewes est surtout connu pour les gratte-ciel qu'il a conçus à Toronto.

Un homme devant des maquettes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'architecte Peter Clewes.

Photo : Radio-Canada / Idil Mussa/CBC

Sa firme d'architecture a récemment publié la quatrième proposition d'agrandissement pour le Château Laurier, qui, selon le président de Patrimoine Ottawa, David Jeanes, n'est pas tellement différente de la première mouture, présentée en septembre 2016.

Le public a vivement réagi aux différentes moutures du projet sur les réseaux sociaux, utilisant des qualificatifs tels que « laid », « horrible » et « épouvantable » pour le définir.

Pour sa part, M. Clewes a affirmé que la dernière mouture tenait compte des propositions du public, mais que celui-ci n'adhérait pas à ses conceptions architecturales.

Un style moderniste

M. Clewes propose un projet de style moderniste, presque à l'opposé du Château Laurier, qui est de style gothique. Le modernisme, explique Peter Clewes, rejette l'ornementation fantaisiste et se concentre presque entièrement sur l'utilité.

« [Le modernisme] est plus confortable, c'est plus naturel », poursuit-il.

Toutefois, selon Peter Coffman, professeur d'histoire de l'architecture à l'Université Carleton, la plupart des gens ne connaissent pas les théories architecturales, mais ils voient instinctivement que quelque chose ne va pas, parce que les deux bâtiments n'auront rien en commun.

C'est comme ajouter un chapitre en suédois à une histoire en français, ça ne marche tout simplement pas.

Peter Coffman, professeur d'histoire de l'architecture

« Vous attendez d'un architecte qu'il parle la langue architecturale d'origine d'un bâtiment et qu'il soit capable de dire quelque chose de nouveau dans cette même langue », ajoute-t-il.

Pour l'architecte Robert Martin, l'équipe de Peter Clewes semble être réticente à l'apprentissage de cette langue.

« L'équipe de conception semblait concentrée sur cette structure à toit plat vraiment contemporaine, ce qui est plus approprié pour un immeuble ou un bâtiment autonome », dit-il.

Le Fairmont Manoir Richelieu, dans Charlevoix, qui a accueilli le G7 ce week-end, est un exemple de ce que Robert Martin aurait préféré.

Le Fairmont Manoir Richelieu dans Charlevoix.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'agrandissement du Fairmont Manoir Richelieu a été réalisé en 1998.

Photo : Architecture49

Les architectes ont imité le style existant de l'hôtel, mais y ont mêlé quelques touches modernes. La nouvelle aile de ce bâtiment est clairement distincte du bâtiment original de 1929, mais elle honore toujours le style, selon M. Martin. En d'autres termes, le design parlait la même langue.

Ottawa-Gatineau

Architecture