•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec a maintenant sa monnaie locale

Le BLÉ, la première monnaie locale de Québec

Le BLÉ, la première monnaie locale de Québec

Photo : Radio-Canada / Martine Côté

Radio-Canada

La population de Québec peut désormais utiliser la monnaie complémentaire le BLÉ (Billet local d'échange) pour acheter des biens et services dans des commerces locaux.

Un texte de Véronica Lê-Huu

L’organisme Monnaie locale complémentaire Québec a mis en circulation dimanche des billets de 5, 10 et 20 BLÉ.

Pour l'instant, des citoyens ont acheté quelque 2000 BLÉ lors du lancement à la brasserie artisanale Griendel, mais les intéressés pourront éventuellement en acquérir d'autres.

Monnaie locale complémentaire Québec travaille à mettre en place un lieu fixe d'échange pour procurer des BLÉ aux citoyens et commerçants. L’organisme en fera l’annonce sur les réseaux sociaux.

Favoriser l'achat local

L’initiative, qui existe déjà ailleurs dans le monde, vise à favoriser l’achat local, explique le porte-parole Pierre-Alexandre Caron.

« Ces BLÉ-là, on peut aller les réutiliser dans un réseau de commerçants qui adhèrent à ces valeurs […] et lorsqu’on dépense un BLÉ, l’objectif c’est que le commerçant soit capable de le réutiliser dans le même réseau, qu’il ait des fournisseurs, des employés qui acceptent d’être payés en blé ».

La monnaie est basée sur la valeur du dollar canadien. Le citoyen peut par exemple payer 20 BLÉ un produit ou service qui coûterait 20 dollars canadiens.

La monnaie complémentaire ne remplace pas la monnaie officielle, mais favorise le soutien de commerces de proximité. Les BLÉ sont dépensés chez des commerçants participants, qui doivent ensuite les dépenser chez des fournisseurs locaux.

M. Caron estime qu’au fil du temps, l’utilisation d’une monnaie locale complémentaire apportera des gains pour la communauté. « On n’a pas de gain individuel, mais on a des gains collectifs, on pense, à long terme, en solidifiant notre économie locale et en améliorant les pratiques écologiques qu’on aura tous un milieu de vie plus agréable. »

Quelques commerçants

Pour l’instant, seule une poignée de commerçants participent au projet et acceptent d’être payés en BLÉ.

Commerces participants jusqu’à présent :
- Accommodation Bio sur la 2e Avenue
- Coop d’électriciens Courant alternatif
- Service de photographe Pierre Barrellon
- Bicycle Falardeau, vente et réparation de vélos
- Umanovo, centre spécialisé en entrainement privé
- Craque-bitume, entreprise spécialisée en agriculture urbaine

L’initiative suscite toutefois beaucoup d’intérêt, mentionne M. Caron.

« On se fait contacter par des commerçants eux-mêmes qui nous écrivent. On manque presque de bras pour être capable de rencontrer tout le monde aussi rapidement qu’on le souhaiterait », dit-il.

Youri Harvey, propriétaire de Bicycle FalardeauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Youri Harvey, propriétaire de Bicycle Falardeau

Photo : Radio-Canada / Martine Côté

Le projet présente un avantage pour les petits commerçants qui évitent ainsi d’importants frais bancaires, note pour sa part Youri Harvey, propriétaire de Bicycle Falardeau dans le quartier Saint-Jean-Baptiste.

« Nous, on vend des petits objets, des petites factures et des fois, c’est impressionnant de voir que pour vendre 10 $, il faut quasiment payer un dollar [de frais] donc le blé finalement, va annuler tout ce phénomène de frais bancaires ».

Prochainement, le commerçant Bicycle Falardeau deviendra également dépositaire de la monnaie locale.

Avec les informations de Martine Côté

Québec

Économie