•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bertrand Cantat met fin à sa tournée plus tôt que prévu

Bertrand Cantat en spectacle en 2012.
Bertrand Cantat en spectacle en 2012. Photo: AFP / Sébastien Bozon
Agence France-Presse

Bertrand Cantat a évoqué, dimanche soir à Bruxelles, une possible fin de sa tournée actuelle; son bassiste Pascal Humbert, lui, l'a répété plus solennellement. Ce n'est que lundi matin que le chanteur de la défunte formation Noir Désir l'a écrit noir sur blanc dans une publication Facebook : la tournée Amor fati s'est bel et bien terminée en Belgique.

S'il se contente de remercier les salles qui l'ont accueilli ainsi que les quelque « 35 500 spectateurs », Bertrand Cantat n'explique toutefois pas les raisons qui le poussent à mettre fin à la tournée plus tôt que prévu.

L'ancien chanteur de Noir Désir, condamné pour la mort en 2003 de sa compagne Marie Trintignant et libéré en 2007, est reparti en tournée depuis mars, pour la première fois sous son seul nom après le succès connu en 2014 avec le groupe Détroit.

Mais ce retour est marqué par de nombreuses manifestations d'hostilité. Des militantes féministes reprochent à celui qui est qualifié de « tueur » d'être remonté sur scène. Des dates de représentation ont été annulées, notamment pour des concerts prévus dans des festivals.

Fini, la scène pour Bertrand Cantat?

« La dernière date de la tournée. Sans doute la dernière tout court. » La petite phrase lâchée lors de l'unique étape belge de la tournée de Cantat s'est répandue comme une traînée de poudre, lundi sur Internet, sans que l'on sache très bien qui l'avait prononcée ni dans quel contexte.

Contacté par l'AFP, Valentin Dauchot, le journaliste auteur du compte-rendu repris par plusieurs sites, a confirmé que Cantat et son bassiste avaient tous les deux évoqué la « dernière date ou le dernier concert » de la tournée, voire un possible arrêt de la scène par le chanteur controversé.

« Les deux en ont parlé, mais Cantat était plus évasif, a témoigné le journaliste. Quand Humbert en a reparlé plus tard, de manière assez dramatique, avec émotion, là on a vu que l'information était vraiment sérieuse », a-t-il ajouté.

Des manifestants ont protesté contre le concert de Bertrand Cantat, le 7 juin, à Parism en brandissant des pancartes ou encore des photos de Marie Trintignant.Des manifestants ont protesté contre le concert de Bertrand Cantat, le 7 juin, à Paris. Photo : AFP / ALAIN JOCARD

Sollicités par l'AFP pour préciser et expliquer les propos tenus dimanche soir, ni le gérant ni les responsables (français et belge) de la tournée n'avaient répondu en début d'après-midi lundi.

Dans son compte-rendu publié lundi, le journaliste de La Libre Belgique Valentin Dauchot souligne que le bassiste s'est exprimé au moment où Bertrand Cantat avait regagné sa loge.

Pascal Humbert, écrit-il, « craque en annonçant au public que le groupe donne ce soir le dernier concert de sa tournée... et sans doute le dernier tout court ».

« On ne sait pas si les insultes proférées à Paris par Cantat à l'intention de Bolloré, propriétaire de sa maison de disque, ou si les affrontements survenus durant la tournée ont eu raison de sa volonté de poursuivre, mais les musiciens semblent résignés. Trop de dates ont été annulées, les assureurs risquent de refuser de garantir d'éventuelles tournées à venir », poursuit l'article.

Deux concerts, programmés en décembre à Bordeaux et à Pau, dans le sud-ouest, doivent en théorie être les ultimes étapes de sa tournée.

Musique

Arts