•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

G7 : des pertes financières pour les commerçants du centre-ville de Québec

Les terrasses de l'avenue Cartier ont été moins fréquentées pendant le Sommet du G7.

Les terrasses de l'avenue Cartier ont été moins fréquentées pendant le Sommet du G7.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des commerçants du centre-ville de Québec déplorent des pertes de revenus en raison du G7. Malgré les températures estivales des derniers jours, les boutiques et les restaurants ont été peu fréquentés en raison des manifestations anti-G7.

La désertion du centre-ville a commencé jeudi alors que la colline Parlementaire se vidait de ses 10 000 fonctionnaires. Puis les manifestations prévues semblent avoir refroidi les ardeurs des clients des rues commerciales de la Haute-Ville.

Le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) Montcalm, Jean-Pierre Bédard, affirme que les pertes se chiffrent en milliers de dollars pour plusieurs de ses membres.

« La psychose qu'a créée tout cet aspect de sécurité et de perturbation possible des événements du Sommet du G7 ont fait en sorte que le secteur est davantage désert qu’à l'accoutumée pour un vendredi ou un samedi de début juin. »

Le propriétaire du Pub Galway sur l'avenue Cartier, Yves Ledoux, estime avoir perdu entre 30 et 35 % de ses ventes des derniers jours.

Même son de cloche sur la rue Saint-Jean, la copropriétaire de la boutique Jupon pressé, Josiane Turmel-Poulin, constate que le quartier est particulièrement tranquille.

« Nous, on a beaucoup de clientèle du gouvernement juste le fait que les bureaux aient été fermés jeudi et vendredi, on voit une grosse différence », dit-elle.

Le directeur général de la SDC rappelle que les commerçants pourront compter sur un programme du gouvernement fédéral pour être indemnisés.

Des touristes heureux

Comme dit le proverbe, le malheur des uns font le bonheur des autres. Les quelques touristes rencontrés dans le Vieux-Québec se réjouissaient du peu de monde dans les rues.

Line Ducharme et Sylvain Riopelle sont venus de Lanaudière avec six amis pour assister au spectacle de Jean-Pierre Ferland, dont les billets étaient achetés avant de savoir que le sommet se déroulait dans la région.

C'est agréable parce qu'on est tout seul.

Une citation de : Line Ducharme, touriste

« Je trouve que c'est merveilleux, c'est la première fois que je viens à Québec et qu'il n'y a pas plus de monde », s'est exclamé Sylvain Riopelle.

« On va avoir le choix des restaurants ce soir », conclut Line Ducharme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !