•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AquaHacking : un hackathon pour la protection du lac Ontario

Des chercheurs sur un bateau.

Des chercheurs font des tests de pollution sur le lac Ontario, au large de Toronto. (archives)

Photo : Radio-Canada / Nicolas Pham/Radio-Canada

Radio-Canada

La demi-finale de la compétition AquaHacking rassemble 16 équipes de programmeurs à Toronto qui développent des applications pour répondre aux défis auxquels font face des plans d'eau comme les Grands Lacs et le fleuve Saint-Laurent.

Un texte de Philippe de Montigny

Tout au long du défi, les équipes ont accès à des bases de données sur le lac Ontario et des experts dans toutes sortes de domaines, tels que l’intelligence artificielle, l’hydrologie et le génie informatique.

Certaines applications se penchent sur la prévention des inondations, qui avaient été particulièrement difficiles l’été dernier. D’autres permettent de surveiller la qualité du lac Ontario, en surveillant notamment les débordements d'égouts, ou de recycler le phosphore dans l’eau à des fins agricoles.

La Fondation de Gaspé-Beaubien a créé la compétition en 2015, qui se concentrait à l’époque sur la rivière des Outaouais à Ottawa. Son directeur général Claude Perras y voit une chance pour les participants de se lancer en affaires et d’offrir des solutions importantes pour la société.

Cette année, on a quatre défis et ceux qui nous les ont proposés deviennent de potentiels utilisateurs des solutions qui vont être développées par les équipes.

Claude Perras, directeur général, Fondation de Gaspé-Beaubien

Il souligne que l’équipe gagnante en 2016 a développé l’application CANN Forecast, qui permet de prédire la qualité de l’eau autour des plages de Montréal. Auparavant, les rapports sur la qualité de l'eau étaient publiés une semaine plus tard.

« Ils présentent maintenant leur algorithme dans d’autres villes qui sont intéressées », dit-il.

Les cinq finalistes auront jusqu’en octobre pour peaufiner leurs applications et les présenteront devant un jury et des participants de la conférence Ontario Water Innovation Week à Toronto.

Toronto

Environnement