•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 1800 familles séparées à la frontière américano-mexicaine

Une jeune fille, membre de la caravane des migrants en provenance de l'Amérique centrale, attend de pouvoir franchir la frontière américaine avec sa famille.

L'administration américaine assure veiller à la protection des enfants et au respect des frontières, quel que soit le statut familial des contrevenants.

Photo : Reuters / Edgard Garrido

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de 1800 familles d'immigrés ont été séparées à la frontière entre les États-Unis et le Mexique entre octobre 2016 et février 2018, selon un haut représentant de l'administration américaine, alors que le président Donald Trump a mis en place des politiques de contrôle plus strictes aux frontières.

Ces données incluent les trois derniers mois de l'administration Obama, mais le représentant, s'exprimant à condition de rester anonyme, ne pouvait dire si des séparations ont eu lieu durant cette période.

Il a admis que le nombre de familles d'immigrés séparées avait augmenté ces dernières semaines, sous l'effet des nouvelles règles en matière d'immigration aux États-Unis.

En mai, le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a annoncé une politique de « tolérance zéro » à l'égard des migrants illégaux appréhendés sur le territoire américain. Toutes ces personnes seront poursuivies en justice, avait-il indiqué.

Des activistes, des parlementaires démocrates et les Nations unies ont condamné les séparations pratiquées à la frontière entre les États-Unis et le Mexique, mais l'administration américaine explique veiller à la protection des enfants et au respect des frontières, quel que soit le statut familial des contrevenants.

Le représentant de l'administration, qui précise que les chiffres donnés à Reuters ont été compilés manuellement, a noté que le nombre de séparations survenues entre octobre 2016 et février dernier représentait moins de 2 % du nombre de familles arrêtées le long de la frontière sur la même période.

Dans certains cas, les séparations sont dues aux doutes de l'administration quant aux liens de parenté réels entre les adultes et les enfants arrêtés.

Plusieurs familles ont été séparées parce que des passeurs de migrants ont tenté de déjouer les contrôles en plaçant des enfants avec des adultes sans aucun lien de parenté, en espérant que ces derniers bénéficieraient de la clémence des autorités s'ils venaient à être arrêtés.

Seuls quelques centres de rétention ont la capacité de loger ensemble parents et enfants. Ainsi, les familles arrêtées à la frontière sont souvent libérées et vivent aux États-Unis dans l'attente de leur jugement.

Vingt-sept sénateurs démocrates et deux sénateurs indépendants ont soumis vendredi un projet de loi visant à réguler les séparations familiales, en obligeant les autorités fédérales à obtenir l'aval d'un juge, dans l'intérêt de l'enfant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !