•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poutine reçu avec tous les honneurs en Chine à l'aube du Sommet de Shanghai

Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping se serrent la main.

Le président russe Vladimir Poutine a reçu la première Médaille de l'amitié des mains du président chinois Xi Jinping, vendredi, à Beijing.

Photo : Reuters

Agence France-Presse
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vladimir Poutine a reçu vendredi la première Médaille de l'amitié offerte par la Chine à un ressortissant étranger, une distinction remise par son homologue Xi Jinping au moment où les deux pays s'efforcent de resserrer les rangs face à l'Amérique de Donald Trump.

Le président russe a été reçu avec tous les honneurs à Pékin à l'occasion d'une visite officielle qu'il poursuivra samedi et dimanche à Qingdao, afin de participer au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui rassemble plusieurs pays d'Asie. Ce rendez-vous se déroule en même temps que celui des pays du G7 réunis au Canada.

« Cette médaille de l'amitié représente le grand respect que le peuple chinois voue au président Poutine et symbolise l'amitié profonde entre la Chine et la Russie », a déclaré Xi Jinping en remettant la décoration à son homologue.

La médaille honore des étrangers « qui ont apporté une contribution exceptionnelle au processus de modernisation socialiste de la Chine, à la promotion des échanges et de la coopération entre la Chine et le reste du monde et au maintien de la paix mondiale », selon l'agence de presse Chine nouvelle.

« Quelles que soient les fluctuations de la situation internationale, la Chine et la Russie ont toujours considéré le développement de leurs relations comme une priorité », s'est félicité le président chinois à l'orée d'un entretien bilatéral avec M. Poutine.

Rapprochement

Le président  russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ont assisté à un match de hockey sur glace dans la grande ville portuaire de Tianjin.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ont assisté à un match de hockey sur glace dans la grande ville portuaire de Tianjin.

Photo : Reuters

Les dirigeants russe et chinois se sont rapprochés ces derniers mois face aux critiques de Donald Trump, qui voit dans la Chine et la Russie des rivaux économiques menaçant les intérêts et les valeurs des États-Unis.

Au cours d'un entretien avec la chaîne de télévision chinoise CGTN, M. Poutine a salué ses relations avec son « bon ami » Xi Jinping, en confiant qu'il était le seul dirigeant étranger avec lequel il avait célébré son anniversaire et en partageant pour l'occasion saucisses et vodka.

Xi Jinping « est accessible et sincère. Mais c'est aussi une personne digne de confiance », s'est félicité le président russe, qui a ensuite assisté à un match de hockey sur glace en compagnie de son homologue dans la grande ville portuaire de Tianjin, à une centaine de kilomètres à l'est de Pékin.

Les deux hommes ont eu droit à une ovation de la part des jeunes spectateurs présents pour le match ayant opposé des équipes de cadets des deux pays. Certains portaient des pancartes proclamant en russe et en chinois « Bienvenue au président Poutine » ou encore « Nous vous aimons président Xi ».

Un paquet d'accords sur le nucléaire a été signé à l'occasion de la visite du chef de l'État russe, prévoyant notamment la construction en Chine de quatre réacteurs par le conglomérat public russe Rosatom.

Le président russe (droite) Vladimir Poutine passe en revue l'armée chinoise en compagnie de son homologue Xi Jinping, à Pékin.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président russe (droite) Vladimir Poutine passe en revue l'armée chinoise en compagnie de son homologue Xi Jinping, à Beijing.

Photo : Reuters / Jason Lee

Un sommet économique purement asiatique

L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) regroupe les pays asiatiques suivants : Russie, Chine, Inde, Pakistan, Ouzbékistan, Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizistan. Il s’agit d’une réponse au G7. La Russie a été expulsée du G7 en 2014 au moment de l’annexion de la Crimée.

Au sommet de l'OCS samedi et dimanche, MM. Xi et Poutine retrouveront le président iranien Hassan Rohani, qui sera présent à titre d'observateur, lui qui est à la recherche de soutiens internationaux après la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

En entrevue à ICI RDI, le journaliste Raymond Saint-Pierre a expliqué que « [le président iranien] veut aussi rétablir des liens commerciaux plus forts avec la Chine, avec la Russie, pour compenser les nouvelles sanctions, les sanctions qui sont à nouveau en vigueur avec les États-Unis. Donc, M. Rohani veut rejoindre ce club-là, d’une façon. »

Face à la proposition de Donald Trump de réintégrer la Russie pour reformer un G8, Raymond Saint-Pierre a indiqué qu’un porte-parole du Kremlin a réagi en déclarant que « la Russie se concentre sur d’autres formats que le G7 ».

La Russie et la Chine ont signé des accords dans plusieurs domaines : l'économie, l'agriculture, l'énergie et l’exploration de l’espace.

« La Russie jusqu’ici collaborait avec les États-Unis [dans l'exploration de l'espace]. Elle considère les États-Unis comme un partenaire peu fiable, donc elle veut faire des affaires avec la Chine dans ce domaine-là, même créer une base en surface lunaire, entre autres, et le faire ensemble, la Chine et la Russie », a affirmé M. Saint-Pierre.

Raymond Saint-Pierre explique cette étroite collaboration entre les deux pays par un certain ressentiment envers l’administration américaine.

« Les deux pays sont plutôt amers à l’endroit de M. Trump et des États-Unis, parce qu’ils ont été décrits tous les deux menaçant les intérêts et les valeurs de l’Amérique. Donc, ils se disent : on menace vos intérêts, on va faire ensemble », constate-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !