•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contre la taxe sur le carbone : Scott Moe trouve un allié en Doug Ford

Radio-Canada

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, se réjouit de l'arrivée de Doug Ford à la tête de l'Ontario, car son parti et lui sont également contre la tarification sur le carbone.

Dans un gazouillis publié jeudi soir, Scott Moe a écrit que la « Saskatchewan a un nouvel allié dans son combat contre la taxe sur le carbone de Trudeau » en publiant une capture d'écran du site Internet du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario.

Photo d'une page en ligne du programme conservateur, qui comprend la promesse d'éliminer la taxe carbone

Les progressistes-conservateurs de l'Ontario se sont fait élire avec de nombreuses promesses.

Photo : Parti progressiste-conservateur de l'Ontario

« La première promesse du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario est d'éliminer la taxe sur le carbone », précise-t-il.

De son côté, l'ancien premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a également félicité Doug Ford pour sa victoire.

Il a aussi déclaré dans un gazouillis : « J'ai dit que j'allais me raser la barbe quand la taxe sur le carbone sera abolie. Ce jour est peut-être plus proche maintenant. »

La Saskatchewan est, jusqu'à présent, la seule province canadienne ayant refusé d'adopter la taxe sur le carbone.

Depuis le mois de janvier, l'Ontario fait partie du marché intégré du carbone formé par le Québec et la Californie. Durant la campagne électorale, Doug Ford avait affirmé qu'il allait sortir de cette formule, une fois élu. Il avait également précisé qu'il est contre la taxe sur le carbone.

Ne pas crier victoire trop vite

Le chef de l’opposition et chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan, Ryan Meili, croit qu’il ne faut pas se précipiter pour voir en Doug Ford un allié de la Saskatchewan.

Selon lui, le nouveau premier ministre de l’Ontario a montré ses positions politiques en prenant parti, plus d’une fois, pour le président américain Donald Trump.

Or, note-t-il, M. Trump a pris des décisions qui ont nui tant à l’économie canadienne qu’aux travailleurs de la Saskatchewan.

Si M. Moe veut s’allier avec quelqu’un qui veut s’associer à Donald Trump, je pense que ce n’est pas un bon début.

Ryan Meili, chef de l’opposition et chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan

Saskatchewan

Pollution