•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élection de Doug Ford : les organismes de la province devront « travailler fort » pour la francophonie

Le drapeau franco-ontarien en arrière-plan sur le site web de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Le drapeau franco-ontarien en arrière-plan sur le site web de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Photo : AFO

Radio-Canada

Personnalités politiques et dirigeants d'organismes de la province ont salué la victoire de Doug Ford, élu premier ministre progressiste-conservateur en Ontario. Certains d'entre eux s'inquiètent toutefois du flou entourant la question de la francophonie dans le programme politique de M. Ford.

Sans surprise, les acteurs politiques de la région ont salué la victoire du candidat progressiste-conservateur Doug Ford aux élections ontariennes.

Mais le maire d'Ottawa, Jim Watson, s'est aussi attardé sur les actions de la première ministre sortante, Kathleen Wynne.

« Le gouvernement Wynne a été un bon partenaire dans plusieurs grandes initiatives d’aménagement, dont bon nombre n’auraient pas été possibles sans son soutien et sa collaboration », a-t-il fait savoir dans un communiqué.

« J’ai déjà dit que les plateformes des trois partis – libéral, progressiste-conservateur et néo-démocrate – contenaient des politiques qui seraient bénéfiques pour la ville. Je conserve mon optimisme et je me concentrerai sur les terrains d’entente entre la Ville et le nouveau gouvernement progressiste-conservateur de Doug Ford », a-t-il poursuivi.

Le maire d'Ottawa s'est dit satisfait que M. Ford lui ait assuré que l'étape 2 du train léger irait de l'avant.

« C’est nécessaire pour moi de continuer le travail […] J’ai rencontré M. Ford il y a deux mois et il m’a donné sa parole d’appuyer le train léger. […] C’est la plus grande priorité pour les résidents », a-t-il précisé, en entrevue à Radio-Canada.

Toutefois, il craint que le nouveau gouvernement donne des responsabilités aux municipalités, mais pas de financement.

« On a vu ça lors de l’administration de M. Harris [Mike Harris a été premier ministre de l’Ontario de 1995 à 2002, NDLR] et ce n’est pas bon pour les contribuables », a-t-il poursuivi.

La victoire de M. Ford aux élections ontariennes n'est pas une surprise pour Carol Jolin, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO).

« C’est pas mal dans la ligne de ce que les sondages nous disaient depuis un bon moment », a-t-il souligné.

M. Jolin a reconnu que l'AFO devra passablement travailler pour faire comprendre au nouveau gouvernement progressiste-conservateur les enjeux de la francophonie.

« Ça va être beaucoup de travail d’information d’aider M. Ford et son équipe à comprendre tous les dossiers francophones, dont celui de l’éducation », a-t-il ajouté.

Il va falloir s’assurer que tous les nouveaux élus et toute l’équipe qui va diriger la barque là-bas soient bien au courant des francophones et de l’immersion, donc on a du pain sur la planche.

Carol Jolin, président de l’AFO

« Trouver des alliés »

De son côté, Pierre Tessier, directeur général de la Société économique de l’Ontario, croit aussi qu'il est primordial de compter des alliés dans le nouveau gouvernement pour défendre la francophonie.

« On ne connaît pas vraiment la plateforme que le Parti progressiste-conservateur a pour la francophonie. […] Il va falloir qu’on se trouve des alliés », a-t-il noté. « La francophonie en Ontario est en croissance, donc ça va prendre des écoles, ça va prendre des collèges. »

Président de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Rémi Sabourin a hâte d'entamer les discussions avec le nouveau gouvernement ontarien.

« Il va être très important d'établir un dialogue avec le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario », a-t-il commenté en entrevue téléphonique.

Aja Besler, directrice générale de l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO), juge que la « dynamique va être très différente avec des élus des trois partis » à Ottawa.

« Le caucus d'Ottawa était très fort, car il était composé d'élus issus du même parti. Et là, ça va être différent avec des élus de trois différents partis qui auront une vision différente pour une même municipalité, a-t-elle expliqué. Ça va vouloir dire beaucoup plus de rencontres avec les élus. »

Il y a quand même une ouverture envers la francophonie de leur part.

Aja Besler, directrice générale de l'ACFO

Rappelons que les trois partis se sont engagés pendant la campagne à faire avancer les dossiers concernant l'Université de l'Ontario français et la modernisation de la Loi sur les services en français.

Avec les informations d'Audrey Roy, d'Antoine Trépanier et de Roxane Léouzon

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale