•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbus prend officiellement les commandes de la C Series de Bombardier

Un avion CS300 vole au-dessus des nuages.

Vol de démonstration de la C Series de Bombardier au Bourget

Photo : Compagnie Bombardier

La Presse canadienne

Le géant européen Airbus a officiellement pris les commandes de la C Series de Bombardier, puisque l'entente intervenue en octobre dernier entre les deux avionneurs a été officialisée jeudi, en soirée.

Avec Airbus installée dans le siège du pilote, des analystes anticipent de nouvelles commandes, car l'avionneur européen a les reins assez solides pour assurer la viabilité du programme. Une perspective qui devrait rassurer les compagnies aériennes.

Sans verser un sou, le géant européen détiendra 50,01 % du programme de cet avion commercial, qui a coûté 6 milliards de dollars américains à développer. La part de Bombardier sera approximativement de 33,76 %. Celle du gouvernement québécois, qui a injecté 1 milliard de dollars américains dans le projet en 2015, passera à environ 16,24 %.

Les termes de l'entente prévoient qu'il sera possible pour Airbus de racheter la part de Bombardier dans environ sept ans et celle du gouvernement québécois en 2023.

Même avant la finalisation de la prise de contrôle, les employés de Bombardier ont déjà commencé à ressentir les effets de la transaction fin mai.

À Mirabel, Bombardier Aéronautique et la société en commandite responsable de la C Series travaillent déjà de façon distincte, ce qui a changé les habitudes des travailleurs affectés à la C Series et au CRJ qui se côtoient.

De plus, le logo d'Airbus a fait son apparition à côté de celui de Bombardier sur les panneaux indicateurs du site d'assemblage situé dans les Laurentides.

Philippe Balducchi, le cadre du géant européen qui sera responsable de la C Series, a déjà indiqué qu'il comptait aller voir rapidement les fournisseurs de Bombardier dans le but de réduire les coûts de production de l'avion.

Afin d'obtenir des concessions sur les prix, Airbus compte faire miroiter une hausse des volumes découlant d'une accélération des ventes de la C Series.

Changement de nom

Le mois dernier, M. Balducchi n'avait pas voulu confirmer la possibilité que la C Series adopte le nom de la famille « A200 ». Un changement d'appellation ferait en sorte que l'avion de Bombardier s'harmoniserait aux autres gammes d'Airbus, comme celle du A320.

Airbus et Bombardier compteront chacun six membres au sein de l'équipe de direction, mais la gestion, les ventes et le marketing, notamment, seront confiés à des employés du géant européen.

Actuellement vice-président du programme de la C Series, Rob Dewar sera le chef du soutien à la clientèle et chef de l'ingénierie.

À la Bourse de Toronto, l'action de Bombardier a clôturé à 4,92 $, en hausse de 8 ¢, ou de 1,65 %.

Industrie aéronautique

Économie