•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kathleen Wynne démissionne de son poste de chef du Parti libéral

Kathleen Wynne les yeux fermés
Kathleen Wynne a démissionné de son poste de chef libérale, le 7 juin. Photo: PC / Christopher Katsarov
Radio-Canada

La première ministre sortante, Kathleen Wynne, a démissionné de son poste de chef du Parti libéral de l'Ontario au soir d'une défaite cuisante de son parti aux élections provinciales. Elle a toutefois conservé son siège de députée en étant réélue dans la circonscription torontoise de Don Valley-Ouest.

« Ce n'est pas un discours de concession, j'ai concédé il y a plusieurs jours, a dit Kathleen Wynne jeudi soir. C'est l'occasion pour moi de dire merci pour m'avoir permis d'être première ministre, m'avoir permis de rencontrer tant d'entre vous au cours des cinq dernières années. »

La première ministre sortante avait en effet reconnu sa défaite cinq jours avant la tenue du scrutin, mais avait appelé les Ontariens à élire le plus de députés libéraux possible afin d'éviter un gouvernement majoritaire.

Kathleen Wynne a dit avoir parlé au chef du Parti progressiste-conservateur, Doug Ford, et l'avoir félicité pour sa victoire.

« Je me suis engagée à travailler avec lui pour que la transition soit le plus douce possible », a-t-elle ajouté.

La première ministre sortante a aussi prononcé quelques mots en français : « Certains d'entre vous qui regardez ce soir sont des membres de la communauté francophone. Vous représentez une partie considérable de l'histoire de l'Ontario, qui s'étend sur plus de 400 ans. [...] Votre vitalité, votre diversité en pleine expansion et votre force sont la force de l'Ontario. »

Plusieurs des membres de son Cabinet ont été défaits dans leurs circonscriptions respectives, comme l'ex-ministre des Finances Charles Sousa et l'ex-ministre de l'Éducation Indira Naidoo-Harris.

Les libéraux qui ont été au gouvernement pendant 15 ans ont perdu leur statut de parti officiel à Queen's Park en ne remportant que sept sièges.

Toronto

Politique provinciale