•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Langues officielles : la francophonie applaudit l’engagement d’Ottawa à moderniser la Loi

Le premier ministre Justin Trudeau répond aux députés lors de la période de questions à la Chambre des communes.
Le premier ministre Justin Trudeau s'est engagé, mercredi, à moderniser la Loi sur les langues officielles. Photo: La Presse canadienne / Justin Tang

Mercredi, le premier ministre Justin Trudeau s'est engagé à la Chambre des communes à moderniser la Loi sur les langues officielles. Une décision qui est applaudie par la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA).

« Cet engagement du premier ministre, à peine deux mois après le lancement du Plan d’action pour les langues officielles, ouvre vraiment la porte à un monde de possibilités pour l’avenir de la dualité linguistique au pays », déclare le président de la FCFA, Jean Johnson.

Mercredi, le premier ministre a déclaré aux Communes que la révision de la Loi sur les langues officielles était prévue. « Je peux confirmer que nous nous apprêtons à faire une modernisation de la Loi sur les langues officielles et nous allons travailler avec tous les Canadiens pour nous assurer que ce sera la bonne », a répondu Justin Trudeau à une question posée sur le sujet par le député de Beauport-Limoilou, Alupa Clarke.

Le président de la FCFA admet avoir été surpris par la déclaration du premier ministre. « On souhaitait entendre un engagement du gouvernement, mais on ne s’y attendait pas hier », dit-il.

M. Johnson explique que la dernière révision de cette loi date de 1988 et que sa modernisation est demandée depuis plus d’un an par les communautés francophones partout au pays ainsi que par la Cour Suprême.

Il croit que la modernisation permettra notamment d’augmenter la transparence des fonds fédéraux destinés aux francophones et gérés par les provinces.

« On n’a pas accès à l’information », dit-il, en expliquant que les provinces ne sont ni redevables ni responsables en ce qui concerne l'utilisation de ces fonds. « Le fédéral investit, mais les communautés ne sont pas bénéficiaires de ces investissements-là. »

La FCFA souhaite toutefois que le processus de modernisation soit entamé avant les élections, de façon à s’assurer que la modernisation s’inscrit dans les plates-formes des partis politiques.

Réaction au Sénat

Pour Raymonde Gagné, sénatrice du Manitoba et membre du Comité permanent sur les langues officielles, il s’agit d’une « excellente nouvelle ».

« Avec d’autres sénateurs, nous demandons cela depuis mon arrivée au Sénat », dit-elle.

Depuis un an, le Comité sonde les Canadiens et entend leurs perspectives par rapport à cette loi qui a été adoptée il y a bientôt 50 ans.

« Entre-temps, le contexte sociolinguistique et démographique a changé au pays, les communautés aussi, et nous voulons comprendre comment le gouvernement peut renforcer son appui à la dualité linguistique », explique la sénatrice.

Le comité a déjà parlé de cette question avec les jeunes et les communautés de langue officielle en situation minoritaire, et entend actuellement les personnes qui ont été témoins de l’évolution de la Loi. Viendront ensuite le secteur de la justice et les institutions fédérales.

« Nous sommes en quelque sorte en train de mettre la table en vue de cette modernisation », ajoute Mme Gagné, précisant que le comité prévoit déposer ses recommandations au printemps 2019.

Raymonde Gagné rappelle qu’un autre exercice est en cours au gouvernement : la révision du règlement sur les langues officielles, qui sera présentée par le gouvernement à l’automne. « Cela va servir de test, estime-t-elle. Nous saurons alors si la modernisation consiste en un simple coup de peinture ou en un changement en profondeur. »

Alberta

Francophonie