•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SCFPA veut attirer les jeunes vers ses activités

Un homme assis à une table dans une salle de gymnase s'adresse à des personnes qui ne sont pas dans le cadre de l'image.

Le président de la Société canadienne-française de Prince Albert, Michel Dubé.

Photo : Radio-Canada / Pascale Bouchard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Société canadienne-française de Prince Albert (SCFPA) tenait mercredi soir son assemblée générale annuelle, laquelle portait une attention particulière aux jeunes.

En entrevue avec l'animatrice Raluca Tomulescu à l'émission Point du jour, le président de la SCFPA, Michel Dubé, a confié que l'un des principaux défis de l'organisme, cette année, c'est d'inciter les adolescents à participer à ses activités.

« Il manque des activités pour les 16 à 22 ans, alors on veut mettre de l'accent sur ce groupe d'âge là. »

— Une citation de  Michel Dubé, président, SCFPA

Pour ce faire, la SCFPA veut travailler avec la cité étudiante de l'École Valois et l'Association Jeunesse fransaskoise.

Son président précise également que l'organisme a engagé de nouveaux employés récemment, soit une nouvelle personne à la tête de la direction communautaire et une coordonnatrice des activités.

D'après lui, l'AGA a renouvelé l'intention que la SCFPA continue de faire pression sur les autorités gouvernementales pour avoir « des espaces communautaires plus adéquats » pour la communauté de Prince Albert.

Deux grandes activités organisées par la SCFPA auront lieu prochainement : les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste, le 23 juin, avec La Raquette à claquettes, et le camp de jour francophone, qui se tient de début juillet à la mi-août.

Par ailleurs, il précise que le budget de l'organisme est équilibré.

Pas d'AGA à Bellegarde

De son côté, la directrice de l'Association communautaire francophone de Bellegarde, Tanya Reimer, affirme que l'AGA qui était prévue mercredi soir a dû être annulée, car de nombreux fermiers ont dû rester dans leurs champs.

Elle précise que trop de personnes manquaient à l'appel pour tenir une réunion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !