•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vitrines placardées et sécurité renforcée à Québec

Une vitrine placardée

Deux ouvriers barricadent la vitrine d'une boutique située sur la rue Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Camille Simard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En prévision de la première manifestation en marge du G7, de nombreux commerçants de Québec ont barricadé leurs vitrines et décidé de fermer boutique.

D’autres commerçants, eux, ont choisi d’assurer une surveillance étroite de la situation tout en étant prêts à se déployer en cas de débordement.

« Je vais être là 24 heures sur 24 jusqu’à dimanche matin. Si je vois quelque chose, je suis prêt à placarder ici en 4 minutes », indique le commerçant Marc-Antoine Doré, président de la Société de développement commercial du Vieux-Québec.

Le propriétaire de la boutique Roba et Casso, située rue Saint-Jean, estime que les commerçants sont mal informés. « Pourquoi le gouvernement nous demande de ne pas s’inquiéter, de lui faire confiance alors qu’eux, ils barricadent le centre des congrès et ferment la ville? », s’interroge-t-il.

Vitrines placardées à QuébecAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des vitrines placardées sur la rue Saint-Jean à Québec

Photo : Radio-Canada / Stéphane Lamontagne

Pierre-Luc Fillion, propriétaire du studio de tatouage Tattoo Shack, placardait aussi son commerce à quelques heures de la première manifestation. « Les policiers nous ont dit de le faire parce que ça risquait de péter. On a décidé de ne pas prendre de chance. »

M. Filion a aussi tenu à offrir des feutres aux manifestants pour qu’ils puissent s’exprimer sur la nouvelle façade de bois. « On est un tattoo shop, alors on leur laisse le moyen de s’exprimer », souligne-t-il.

Le maire Régis Labeaume et le gouvernement du Québec ont par ailleurs confirmé que les commerçants qui pourraient subir des dommages en marge du G7 auront droit à un dédommagement rapide.

Plusieurs fermetures sont prévues : une dizaine d'écoles et une quinzaine de centres de la petite enfance (CPE) sont fermés, et les travaux parlementaires de l’Assemblée nationale ont été suspendus dès 13 h 15.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !