•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remi Sonaiya rêve l’Afrique

Remi Sonaiya regarde la caméra.

Remi Sonaiya

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

La linguiste Remi Sonaiya sera sûrement candidate aux présidentielles de l'an prochain au Nigeria. Elle veut moderniser son pays et faire en sorte que la richesse soit mieux redistribuée, mais elle ne se fait pas d'illusions sur ses chances de l'emporter. Rencontre.

Un texte de Michel Désautels, animateur de Désautels le dimanche

Dans les 54 pays que compte l’Afrique, le Nigeria est probablement celui qui incarne le mieux les défis que le continent doit affronter pour créer les conditions d’un avenir souriant. Le plus populeux des pays africains compte-t-il 160, 180 ou 200 millions d’habitants? Et dans ses villes? On le sait encore moins puisqu'il n'y a pas de recensement fiable au Nigeria. Ce que l’on sait cependant, c’est que la croissance démographique est réelle et pose des problèmes importants.

Le développement économique axé essentiellement sur la rente pétrolière n’a pas décollé et continue d’être tributaire du marché de l’or noir. La gestion de cette richesse naturelle par les différentes administrations et les grandes entreprises du secteur n’a pas favorisé de réinvestissement pour diversifier la machine industrielle.

Pour tenter de mieux comprendre l’immense Nigeria, j’ai eu la chance de m’entretenir avec la professeure Remi Sonaiya. La linguiste et spécialiste de la littérature française a été formée dans son pays natal, le Nigeria, et a poursuivi des études à l’Université Cornell, dans l’État de New York, avant de revenir enseigner à l’Université Obafemi Awolowo dans l’État d’Osun, au Nigeria.

S'engager en politique

Remi Sonaiya pose sur son affiche de candidature à l'élection présidentielle du Nigéria de 2015.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Affiche de Remi Sonaiya pour la présidentielle de 2015.

Photo : Facebook/Remi Sonaiya

Mme Sonaiya a quitté l’enseignement en 2010 pour rallier les rangs d’une petite formation politique, Kowa, dont elle fut la candidate aux élections présidentielles en 2015.

C'était la seule femme candidate, doit-on préciser, dans un pays réputé machiste où les femmes sont presque absentes de la vie politique. Vous entendrez dans la conversation que nous avons eue par Skype à quel point son franc-parler tranche avec les propos convenus trop souvent entendus chez les élus.

L’objectif de Kowa : faire entrer le Nigeria dans la modernité et mieux répartir la richesse du pays. Même s’il faut pour cela provoquer un affrontement entre tradition et science, reconstruire l’architecture administrative du pays pour décentraliser les centres décisionnels et donner davantage de pouvoir aux autorités locales.

Remi Sonaiya ne se fait pas d’illusions. Même si elle sera fort probablement la candidate de son parti aux élections présidentielles de l’an prochain, ses chances de l’emporter sont presque inexistantes. Mais c’est dans la durée que la citoyenne Sonaiya voit le succès de son projet politique.

L'entrevue de Michel Désautels avec Remi Sonaiya est présentée à Désautels le dimanche le 10 juin dès 10 h sur ICI Radio-Canada Première.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique

International