•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des professionnels de la santé de Sept-Îles poursuivis en justice pour erreur médicale

Une affiche indique la présence de la salle d'audience 2.

Une salle d'audience dans un palais de justice

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une femme de Sept-Îles et son père poursuivent des médecins et des pharmaciens pour plus d'un demi-million de dollars. Les plaignants accusent ces spécialistes d'erreurs médicales qui ont entraîné la perte d'un œil.

En 2011, Annabelle Poirier, alors âgée de 15 ans, souffre de douleurs à son œil droit. Selon la poursuite, lors d'une consultation à Sept-Îles, un médecin aurait prescrit à plusieurs reprises du Viroptic, sans limite de temps.

Or, ce médicament ne doit pas être utilisé pour une période de plus de 21 jours, selon le document de la poursuite.

Le médicament aurait ensuite été prescrit par d'autres médecins, sans limites de temps, pour des douleurs qui ne se seraient jamais estompées.

Ce n'est qu'en 2015, donc quatre ans plus tard, qu'un autre médecin, à Québec, exige que cesse la prise de ce médicament.

Toujours selon la poursuite, à cause d'une cascade de complications en lien avec la prise de Viroptic, Annabelle Poirier perd l'usage de son oeil.

La plaignante et son père réclament 525 000 $ notamment pour atteinte à l'intégrité physique, mais également pour des frais de médication.

Annabelle Poirier se plaint d'avoir, par exemple, de la difficulté à conduire ou à travailler avec le public.

Au total, 16 professionnels ou institutions de santé sont visés par la poursuite, ce qui comprend des médecins et des pharmaciens qui ont prescrit ou renouvelé les prescriptions.

Le document a été déposé à la Cour supérieure à Québec vendredi dernier. La cour pourrait prendre jusqu'à 60 jours avant d'officialiser la poursuite, selon l'avocat des plaignants.

Avec les informations de Jean-Louis Bordeleau

Côte-Nord

Justice et faits divers