•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Microsoft déploie un premier centre de données sous-marin

Une capture d'écran d'une vidéo montrant la capsule de Microsoft, attachée à une grue flottante, en train de descendre vers les profondeurs marines.
La capsule contenant les 10 368 serveurs de Microsoft Photo: Microsoft
Radio-Canada

Après des années de recherche, le premier centre de données sous-marin de Microsoft vient de voir le jour au large de l'Écosse. Ce pari risqué pourrait s'avérer aussi payant pour l'entreprise que pour l'environnement, grâce aux économies d'énergie générées par cette méthode.

Le centre de données, composé de 12 casiers de 864 serveurs, est enfermé dans une capsule d’une taille proche de celle d’un conteneur. Ces 10 368 serveurs gèrent déjà le trafic web écossais, grâce à un câble sous-marin reliant la capsule à Internet et au réseau électrique.

Cette expérience, baptisée Project Natick, a le potentiel de régler plusieurs problèmes inhérents aux centres de données installés sur la terre ferme. Ceux-ci sont parfois loin des utilisateurs, compliqués à protéger, difficiles à refroidir et particulièrement gourmands en énergie.

La capsule test déployée en Écosse par Microsoft ne consommerait que 0,25 mégawatt de puissance à plein rendement. À titre de comparaison, le centre de données AM3, d’Equinix, à Amsterdam, consomme 14 mégawatts pour 80 000 serveurs, soit l’équivalent de l'énergie consommée annuellement par 20 000 à 50 000 maisons, rapportait Le Monde en 2013 (Nouvelle fenêtre).

Cette économie d’énergie est en grande partie due au fait que la capsule de Microsoft est refroidie naturellement par l’eau des profondeurs, et comme il n’y a personne à son bord, elle ne contient ni éclairage ni équipement superflu.

De plus, toute l’énergie consommée par cette expérience provient de sources renouvelables, comme l’énergie solaire, éolienne et celle générée par les marées et les vagues de la côte écossaise.

Bientôt une norme mondiale?

Cette première capsule permettra à l’équipe de Microsoft de récolter des données sur la consommation d’énergie, l’humidité, le niveau de bruit et la température du centre de données.

L’entreprise estime que cette expérience pourrait finir par devenir une norme partout autour du globe si elle est concluante, puisqu’une bonne partie de la population mondiale vit près des côtes.

De petits centres de données sous-marins locaux pourraient aussi répondre aux besoins grandissants en matière d’infonuagique et à la demande soutenue pour des connexions Internet rapides et stables.

Pour plus d'images de Project Natick, regardez la vidéo ci-dessous (en anglais seulement).

Avec les informations de Engadget, Wired, et Le Monde

Innovation technologique

Techno