•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente conclue pour le déménagement d’Anacolor

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'usine Anacolor.

L'usine Anacolor.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement s'est finalement entendu avec la direction de l'usine de peinture Anacolor, dont le déménagement devrait être confirmé au cours des prochains jours.

Le premier ministre Philippe Couillard de même que le ministre Sébastien Proulx en ont fait l’annonce ce matin, en marge de la présentation de la candidate Julie-Maude Perron pour le Parti libéral du Québec dans la circonscription de Louis-Hébert.

Le ministre Sébastien ProulxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre Sébastien Proulx

Photo : Radio-Canada

L'entente, dont les détails ne sont pas dévoilés pour le moment, sera soumise au Conseil des ministres la semaine prochaine, a précisé Sébastien Proulx.

« Nous avons aujourd’hui les éléments pour pouvoir se présenter devant le Conseil des ministres dans les prochains jours pour confirmer ce qui sera les détails amenant l’entreprise à déménager dans un avenir rapproché. »

Engagement

Le ministre s’est défendu d’avoir tardé dans ce dossier qui avait fait l’objet d’un engagement du parti lors de l’élection partielle de Louis-Hébert, à l’automne dernier.

Ça ne pouvait pas aller rapidement, il n’y a pas de ministère de déménagement d’entreprise au gouvernement du Québec.

Sébastien Proulx, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

Il souligne que l’entente a été convenue en accord avec le ministère de l’Économie et de l’Environnement « pour s’assurer qu’il y ait véritablement une relocalisation dans l’avenir de l’entreprise ».

Les citoyens toujours inquiets

La porte-parole du Regroupement citoyens pour la qualité de l'air à Cap-Rouge, Zeina Constantin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La porte-parole du Regroupement citoyens pour la qualité de l'air à Cap-Rouge, Zeina Constantin.

Photo : Radio-Canada

Malgré l’entente, les citoyens du secteur ne semblent pas rassurés pour autant. Ils auraient souhaité avoir l’assurance que les odeurs seraient très prochainement chose du passé.

« On aurait adoré une date de fermeture à court terme [..] ou une date butoir à court terme. Il ne faut pas que cette usine à sente encore l’été prochain », commente la porte-parole du Regroupement citoyens pour la qualité de l'air à Cap-Rouge, Zeina Constantin.

La citoyenne déplore n’avoir aucune information sur l’échéancier prévu pour le déménagement, qui, estime-t-elle, pourrait prendre encore longtemps.

« Ce qui nous inquiète, c’est la transition et la durée. Combien d’étés allons-nous vivre encore à l’intérieur de nos maisons en forte période d’odeur? »

Mme Constantin souligne que les odeurs rendent difficile le quotidien des résidents du secteur.

Des comités de citoyens et de parents d'élèves de même que l’école primaire Marguerite-D'Youville, voisine de l'entreprise de peinture industrielle, avaient exprimé leur ras-le-bol récemment dans le dossier d’Anacolor.

Les citoyens du secteur de Cap-Rouge se plaignent depuis des années d’être incommodés par les odeurs de peinture de l’entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !