•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brian Gallant défend le recours au privé pour les foyers de soins

Le premier ministre Brian Gallant en entrevue à Radio-Canada.

Brian Gallant souhaite assurer des infrastructures nécessaires pour les aînés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a défendu le choix du privé pour la construction de foyers pour personnes âgées. Brian Gallant estime qu'il s'agit de la meilleure façon de stimuler l'économie tout en assurant suffisamment de places pour les aînés.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, Brian Gallant s’est prononcé sur le sort de foyers de soins gérés par le secteur communautaire, comme le foyer Villa Providence, à Shediac.

Après 48 ans d’activité, la Villa Providence craint de perdre sa licence à la suite de l'appel d’offres lancé par la province pour la construction d’un nouveau foyer à Shediac.

M. Gallant a expliqué que l’ampleur des besoins en infrastructures justifie le recours au privé dans certaines circonstances.

« Lorsqu’il y a un foyer de soins où les améliorations peuvent l’aider à continuer, nous sommes prêts à le faire, a-t-il plaidé. « Pas pour parler de bâtisses spécifiques, mais il y en a que c’est pas le cas. »

Selon lui, la construction de nouveaux foyers en passant par un processus d'appels d’offres permettra d’assurer les places nécessaires en foyer pour les années à venir.

On pense que c’est une des meilleures façons de stimuler l’économie à court terme et aussi d’aider nos aînés à long terme.

Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Les administrateurs de la Villa Providence « peuvent faire une soumission eux-aussi », a précisé le premier ministre.

Une prise de position invraisemblable, selon un représentant des aînés

Jean-Luc Bélanger, directeur général de l’Association francophone des aînés du Nouveau-Brunswick, reproche au premier ministre de vouloir enlever aux communautés francophones une forme de gouvernance.

« Le gouvernement a une redevance au public, aux citoyens, aux citoyennes, tandis que le secteur privé est là pour le profit, naturellement, affirme Jean-Luc Bélanger. Donc on trouve ça vraiment invraisemblable [de la part de] ce gouvernement-là, d’enlever les éléments communautaires où il devrait mettre l’accent, un accent encore beaucoup plus d’encourager les communautés et les bénévoles des communautés, des conseils d’administration, qui sont prêts à faire du travail, s’impliquer dans la communauté. C’est eux qui connaissent vraiment beaucoup mieux les besoins de leur communauté. »

À l'heure actuelle, les foyers de soins à but non lucratif, comme la Villa Providence, constituent 62 des 68 membres de l'Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick.

« Nous, on dit au gouvernement: tout ce qui touche la santé et l’éducation en français, vous ne touchez pas à ça et vous ne donnez pas ça au secteur privé, ajoute Jean-Luc Bélanger. C’est au communautaire, c’est au secteur public, c’est là où sont les solutions. »

Nouveau-Brunswick

Société