•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tireur de La Loche porte sa peine pour adulte en appel

Agents de la GRC vêtus de vestes par balle et lourdement armés.
Des agents de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) montaient la garde près du palais de justice de La Loche. Photo: Radio-Canada / Albert Couillard

L'avocat du jeune homme reconnu coupable de la fusillade de La Loche, en Saskatchewan, qui a fait 4 morts en janvier 2016, porte la décision de la Cour provinciale en appel.

Un texte d'Andréanne Apablaza

L'auteur de la fusillade a été condamné à la prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle après 10 ans, le 8 mai dernier, à la Cour provinciale de Meadow Lake.

Il avait plaidé coupable à deux chefs d'accusation de meurtre au premier degré, à deux chefs de meurtre au deuxième degré et à sept chefs de tentative de meurtre en octobre 2016.

Il a été condamné à une peine pour adulte après qu'un juge eut décidé qu'une peine pour adolescent n'était pas appropriée.

La mère de l’aide-enseignante décédée dans la fusillade dit qu’elle est déçue de voir le meurtrier de sa fille faire un appel de la décision.

Le 22 janvier 2016, Marie Janvier, une aide-enseignante de 21 ans de l’école secondaire de La Loche a été abattue par le tireur, alors âgé de 17 ans. Il a aussi tué Adam Wood, 35 ans, et Drayden et Dayne Fontaine, des frères adolescents. Il a également blessé sept autres personnes.

« Je ne veux pas qu'il obtienne un appel », a déclaré Jackie Janvier, la mère de Marie Janvier.

« C'est une chose que je ne veux pas, parce que j'ai déjà vécu assez de choses et que je dois tout recommencer ».

Le jeune homme disposait de 30 jours pour porter la décision en appel. Au moment de la condamnation, l'avocat de la défense, Aaron Fox, avait demandé que l’ordonnance de non-publication sur l’identité du tireur demeure en place jusqu’à ce que le délai d’appel arrive à échéance. Cette ordonnance restera en place jusqu’à ce qu’un nouveau jugement la lève.

Aucune date n'a été fixée pour l'audience d'appel. Selon un porte-parole des tribunaux de la Saskatchewan, il est peu probable que celle-ci ait lieu avant la reprise des travaux de la Cour d’appel, à l’automne.

Saskatchewan

Justice et faits divers