•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recommandations pour l’égalité des sexes en vue du sommet du G7

Une balance avec un symbole d'homme à gauche et un symbole de femme à droite

Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes dans tous les domaines d’activité du G7 est l'un des objectifs de la présidence canadienne.

Photo : Istock

Radio-Canada

Faire de l'inégalité des sexes une chose du passé sera l'une des principales missions du rendez-vous, cette fin de semaine à La Malbaie, dans Charlevoix, des sept plus grandes puissances économiques de la planète. Le Conseil consultatif sur l'égalité des sexes pour la présidence canadienne du G7 a remis aux représentants des sept pays une liste de recommandations visant à atteindre cet objectif.

Un texte de Justine Boutet

Le groupe souligne qu’il y a 13 ans, le mouvement Make Poverty History (Faites de la pauvreté de l'histoire ancienne) avait attiré l’attention des dirigeants du G8 réunis en Écosse, et par conséquent fait avancer le dossier de la pauvreté.

Dans son rapport intitulé Faire de l'inégalité des genres une chose du passé, le Conseil souhaite à son tour attirer le regard des leaders mondiaux sur la question qui les préoccupe : la place des filles et des femmes.

Il demande des engagements concrets, des investissements et des cibles mesurables pour promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Allouer 50 % du financement aux pays en conflit spécifiquement aux femmes, à la paix et à des activités liées à la sécurité nationale, et inclure des plans budgétaires pour tous les Plans d’action nationale sur les femmes, la paix et la sécurité d’ici 2020.

Recommandation du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes

Le Conseil consultatif sur l’égalité des sexes a été mis sur pied par le premier ministre Justin Trudeau pour la présidence du G7, qui aura lieu les 8 et 9 juin à La Malbaie. Son mandat est « de favoriser un programme transformateur pour le G7 et d’appuyer les dirigeants et dirigeantes et les ministres afin de s’assurer que l’égalité des sexes et l’analyse comparative entre les sexes soient intégrées dans l’ensemble des thèmes, des activités et des résultats de la présidence canadienne du G7 ». Le Conseil compte 21 membres, dont plusieurs figures connues comme Malala Yousafzai, Christine Lagarde et Michael Kaufman. Melinda Gates et Isabelle Hudon en sont les coprésidentes.

Le document regroupe trois grands thèmes : Filles et femmes, Économie et Planète. De ces thèmes se déclinent des recommandations visant à « atteindre un progrès durable ».

Dans le volet Filles et femmes, on retrouve une variété de recommandations pour améliorer leur sécurité, leur santé, leur éducation, l’écoute de celles-ci et leur visibilité.

Créer et déployer des mécanismes pour mandater les entreprises et les employeurs du secteur public des pays du G7 à augmenter le nombre de femmes sur les conseils d’administration, ainsi que dans les postes de direction et de gestion, afin d’atteindre la parité hommes-femmes d’ici 2030.

Recommandation du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes

Selon la coprésidente du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes, Isabelle Hudon, le document contient au total une centaine de recommandations.

Mme Hudon, qui est aussi l'ambassadrice du Canada en France, s’attend à ce que des pays soient gênés par certaines d’entre elles.

« Mais il n'y a aucun pays qui va pouvoir se défiler. Parce qu'aucun d’entre eux ne pourra prétendre qu'aucune de ces recommandations ne s’applique à eux », a-t-elle affirmé.

Établir ou améliorer les programmes de congé parental payé pour aider les familles admissibles.

Recommandation du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes

Le rapport du Conseil met en relief les avancées des filles et des femmes à travers le monde.

« Leurs voix se font de plus en plus entendre. Elles se manifestent, dénoncent la discrimination, le harcèlement et la violence dans leur quotidien », écrivent les membres du Conseil.

« Jamais encore les voix des filles et des femmes n’ont été aussi visibles, aussi fortes à travers le monde », grâce à des mouvements comme « #MeToo, #BalanceTonPorc, #MyDressMyChoice et #Cuéntalo », peut-on lire dans le document.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Égalité des sexes

Politique