•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out de l'ABI : reprise officielle des négociations

Une insigne où on peut y lire « Supportons les métallos de Bécancour en lock-out » est apposée sur un camion. Plusieurs drapeaux flottent au vent. L'insigne de la compagnie ABI est en arrière-plan.

La direction de l'Aluminerie de Bécancour et le syndicat des travailleurs en lock-out reprennent les négociations.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La direction de l'Aluminerie de Bécancour et le syndicat des 1030 travailleurs en lock-out sont réunis à Trois-Rivières, avec le médiateur Lucien Bouchard, pour tenter de trouver une issue au conflit en cours depuis presque 5 mois.

Les parties avaient rencontré séparément le médiateur spécial vendredi pour préparer le terrain pour cette ronde de négociations qui s'est amorcée ce matin, à 9h, dans un endroit gardé secret.

Les travailleurs ont été avisés qu'ils seront informés seulement lorsqu'il y aura un dénouement dans la négociation.

Le professeur titulaire en relations de travail à l'Université du Québec à Trois-Rivières, Jean-Claude Bernatchez, a bon espoir que les deux parties vont parvenir à une entente. « Lucien Bouchard va arriver à quelque chose entre les deux, a-t-il fait savoir. Parce que l’usine à Bécancour [...], même avec le modèle de relations de travail qu’ils avaient présentement, elle était rentable cette usine-là, mais Alcoa veut plus. »

Jean-Claude Bernatchez, professeur titulaire en relations de travail à l'UQTRAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Claude Bernatchez, professeur titulaire en relations de travail à l'UQTR

Photo : Radio-Canada

Si Lucien Bouchard n’arrive pas à des résultats, je ne vois pas qui va arriver à des résultats.

Jean-Claude Bernatchez, professeur titulaire en relations de travail, UQTR

Les syndiqués accueillent favorablement ce pas en avant, même s'ils préfèrent modérer leurs attentes.

Au moins ça bouge, on est bien contents de ça, mais on ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué » a dit l’un des employés en lock-out ce matin.

Un travailleur de l'Aluminerie ABI de Bécancour

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail