•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Financement des universités bilingues : le RÉFO est inquiet 

Des macarons du RÉFO
Le RÉFO croit qu’avant de recevoir du financement public additionnel, les universités bilingues devraient s’engager concrètement à appuyer la communauté franco-ontarienne qui veut la gouvernance complète de l’éducation postsecondaire en français partout dans la province. Photo: Radio-Canada / Carl Sincennes

Le Regroupement étudiant franco-ontarien s'interroge sur le bien-fondé d'augmenter le financement des institutions bilingues telles qu'elles existent dans leur forme actuelle. L'organisme qui défend la création de l'Université de l'Ontario français croit que les universités bilingues doivent d'abord s'engager à appuyer la communauté franco-ontarienne pour l'obtention d'une gouvernance complète de l'éducation postsecondaire en français.

Dans un communiqué, le RÉFO dit appuyer une hausse du financement des établissements tels le Collège Boréal, La Cité et l’Université de Hearst.

« Cependant, déclare un des coprésidents du RÉFO, Radi Shahrouri, nous nous inquiétons d’appuyer une augmentation de financement vers les institutions bilingues sans un engagement ferme de leur part, d’avancer vers un modèle de gouvernance francophone au sein de leurs institutions. »

Pourquoi devrait-on croire que ça serait différent cette fois-ci ?

Marie-Pierre Héroux, coprésidence du RÉFO
Université LaurentienneTout comme à l'Université d'Ottawa, la Laurentienne offre aux étudiants francophones des pgorammes qui ne sont pas totalement en français. Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

« Nous avons financé et refinancé à plusieurs reprises les institutions bilingues pour créer des programmes en français, mais les lacunes du modèle persistent toujours », lit-on dans le communiqué.

La semaine dernière, la Table postsecondaire de l’Ontario français et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) ont souligné le besoin de renforcer l’accès aux programmes en français dans les établissements bilingues comme l’Université Laurentienne et l’Université d’Ottawa.

Francophonie

Société