•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Saskatchewanais arrêté pour avoir accompagné sa femme dans la mort

Elle est photographiée avec son mari et leur chien.

Cecilia Bernadette Chmura s'est enlevé la vie le 18 janvier 2018 à l'âge de 59 ans, après avoir souffert du syndrome de la fibromyalgie pendant près de 20 ans.

Photo : David Dunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

« Je n'ai rien à me reprocher, si ce n'est de l'avoir tenue dans mes bras », raconte David Dunn, qui a été arrêté, interrogé, puis libéré par la police quelques heures à peine après que sa femme, à qui l'on avait refusé l'aide médicale à mourir, se fut enlevé la vie dans la résidence familiale, le 18 janvier dernier, à Saskatoon.

David Dunn et Cecilia Bernadette Chmura ont vu leur vie bouleversée, il y a près de deux décennies, lorsque cette dernière a reçu le diagnostic de fibromyalgie. Cette maladie incurable, qui touche majoritairement les femmes, entraîne une grande fatigue et des douleurs intolérables de la tête aux pieds.

Les nouveaux mariés en train de couper leur gâteau de mariage. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cecilia Bernadette Chmura et David Dunn ont partagé leur vie pendant plus de 30 ans, avant que la maladie ne les sépare.

Photo : David Dunn

David Dunn a vu la maladie, qu’il décrit comme « l’arthrite des muscles », prendre le contrôle de la vie de sa femme. Son état physique se détériorant d'année en année, elle ne pouvait plus, par exemple, accompagner son mari lors de longues randonnées en canoë sur la rivière Churchill comme elle en avait l’habitude.

L’aide médicale à mourir refusée

Pour faire face à la douleur constante, les médecins ont prescrit de la morphine et de la marijuana médicinale à Cecilia Bernadette Chmura. Cette dernière n’en a cependant pas aimé les effets et a décidé de se tourner vers l’aide médicale à mourir.

Elle a décidé de mettre fin à sa vie, car la douleur était trop grande, et sa qualité de vie devenait de plus en plus mauvaise.

David Dunn

Malgré une demi-douzaine de rendez-vous avec des psychiatres et d'autres spécialistes qui ont confirmé que Cecilia avait l’état d’esprit pour prendre une telle décision, sa demande a été refusée en automne 2017.

Devant ce refus et pour éviter que son mari ne fasse l’objet de quelconques accusations, alors qu'il connaissait ses intentions suicidaires, Cecilia Bernadette Chmura a proposé de se suicider seule dans un motel.

J’ai dit : " Bien sûr que non, tu ne vas pas faire ça. Je ne vais pas te laisser mourir seule. "

David Dunn

Le 18 janvier 2018, Cecilia Bernadette Chmura a avalé plusieurs analgésiques, avant de s’étendre dans son lit chez elle, auprès de son mari. Deux heures plus tard, elle a cessé de respirer.

David Dunn a alors appelé les services d’urgence et, à l'arrivée des ambulanciers, il leur a tendu les papiers confirmant que sa femme ne souhaitait pas être réanimée.

Cecilia Bernadette Chmura et son mari, David Dunn, sont photographiés devant une rivière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le couple avait l'habitude de faire de longues randonnées en canoë sur la rivière Churchill.

Photo : David Dunn

David Dunn n'a pas été surpris de voir les policiers arriver chez lui après le décès de sa femme. L’homme a été arrêté puis interrogé, avant d’être relâché le soir même par les autorités.

La police de Saskatoon a indiqué que la situation était maintenant entre les mains des procureurs, qui ont six mois à partir de la date du décès pour déposer des accusations. Une décision est attendue d’ici le mois de juillet.

Avec les informations de Victoria Dinh, CBC News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !