•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cercle de feu : des Autochtones exigent le respect du processus de consultation

Carte de l'Ontario avec le Cercle de feu. Le Cercle de feu est situé à environ 540 km au nord de Thunder Bay et à environ 240 km à l'ouest de la baie James.
Le Cercle de feu est situé à environ 540 km au nord de Thunder Bay et à environ 240 km à l'ouest de la baie James. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À quelques jours du scrutin, deux communautés autochtones du Nord de l'Ontario demandent au prochain gouvernement de reprendre tout le processus entourant le développement du Cercle de feu. Les Premières Nations de Marten Falls et de Webequie disent avoir été exclues de toute consultation.

Dans un communiqué, les communautés de Neskantaga et d’Eabametoong affirment que « l’approche du gouvernement Wynne au sujet des voies d’accès au Cercle de feu est scandaleuse et pourrait être le clou dans le cercueil de nos droits et de notre mode de vie. »

Les deux communautés qualifient le processus d’injuste et de déraisonnable.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur les élections provinciales en Ontario
Le chef de la Première Nation de Neskantaga parle au microphone lors d'une conférence de presseLe chef Wayne Moonias demande au prochain gouvernement élu le 7 juin d’adhérer à l’entente du 14 juin et de consulter l’ensemble des neuf communautés au sujet de tout projet relié au Cercle de feu. Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Neskantaga et Eabametoong sont au nombre des neuf communautés autochtones qui ont signé une entente avec la province il y a quatre ans, une entente qui devait servir de ligne directrice pour le développement du Cercle de feu.

Ce territoire possède un important gisement de chromite et autres minéraux dans les terres basses de la baie James, à environ 575 km au nord de Thunder Bay.

Les deux Premières Nations indiquent que les ententes d’évaluation environnementale signées le 3 mai entre la province et les communautés de Marten Falls et de Webequie prouvent que le processus n’est pas respecté­.

Bisbille entre les communautés

Les ententes touchent deux routes d’accès praticables à longueur d’année que veulent construire les communautés de Webequie et de Marten Falls.

Toutefois, Neskantaga et Eabametoong disent avoir été exclues des ententes, qui auraient été signées derrière des portes closes.

« Le projet proposé pour le Cercle de feu affectera beaucoup de personnes, pas seulement deux ou trois communautés qui font des études sur leur territoire respectif », a expliqué le chef Wayne Moonias de la Première Nation de Neskantaga.

Selon lui, toutes les communautés ont leur mot à dire sur le projet.

Le chef Bruce Achneepineskum de la Première Nation de Marten Falls en Ontario.Le chef Bruce Achneepineskum de la Première Nation de Marten Falls en Ontario. Photo : Radio-Canada / Jody Porter CBC

Le chef de la communauté de Marten Falls, Bruce Achneepineskum, nie que des discussions secrètes ont lieu avec le gouvernement.

« Tout a été fait de façon transparente, dit-il. Des communiqués de presse ont été publiés chaque fois, et j’estime seulement que les allégations de négociations derrière des portes closes sont fausses. »

M. Moonias demande au prochain gouvernement élu le 7 juin d’adhérer à l’entente du 14 juin et de consulter l’ensemble des neuf communautés au sujet de tout projet lié au Cercle de feu.

Avec les informations de CBC

Métaux et minerais

Économie