•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook a donné accès aux données de ses utilisateurs à une soixantaine d’entreprises

Une femme se tient devant un écran d'ordinateur qui affiche le logo du réseau social Facebook. Ce logo est reflété dans son œil.

Facebook est en pleine tourmente alors que sa gestion des données privées de ses utilisateurs est remise en question.

Photo : AFP/Getty Images / Josh Edelson

Radio-Canada

Selon une enquête du New York Times, Facebook a donné à Apple, à Samsung, à Microsoft et à de nombreuses autres entreprises un accès privilégié aux données personnelles de tous ses abonnés sans le consentement de ceux-ci.

Les informations comprenaient l’état civil, la religion, la participation à des événements et l’appartenance politique.

Depuis 10 ans, Facebook aurait signé une entente de partenariat avec une soixantaine d’entreprises qui fabriquent des appareils électroniques. La liste de ces entreprises comprend Amazon, BlackBerry et plusieurs autres fabricants de téléphones intelligents et de tablettes.

Facebook a affirmé lundi ne pas être au courant d'un éventuel accès frauduleux aux données personnelles de ses utilisateurs et de leurs amis par les fabricants de téléphones portables il y a plusieurs années.

Le réseau social a également dit être en désaccord avec les conclusions du New York Times, selon qui les fabricants auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur téléphone intelligent.

Ces transferts auraient pu avoir lieu après l'accord passé en 2011 entre Facebook et la Commission fédérale du commerce (FTC) afin de mieux protéger les données de ses utilisateurs qui ne pouvaient être transférées qu'avec leur consentement explicite.

L’un des journalistes du New York Times qui utilisait un téléphone BlackBerry s’est rendu compte que ses données ainsi que celles de ses 556 contacts ont été collectées par l’application BlackBerry Hub.

Dans un communiqué, Facebook a rappelé qu'avant la création d'une application standardisée, cette soixantaine de fabricants de téléphone avaient collaboré avec Facebook pour adapter une interface de la plateforme sur leurs appareils.

« Nous les avons contrôlées depuis le début, a assuré Ime Archibong, vice-président des partenariats produits, soulignant que les partenaires ne pouvaient pas intégrer les données des utilisateurs sans leur permission.
Les informations sur les amis, comme des photos, n'étaient accessibles sur les appareils que si les gens prenaient la décision de partager ces informations avec leurs amis ».

« Nous ne sommes pas au courant d'abus de la part de ces sociétés », a assuré Ime Archibong.

Mais selon le New York Times, ces permissions d'utilisateurs n'étaient pas toujours explicites, comme stipulé par le décret de la FTC de 2011.

De plus, les recherches faites par le quotidien ont montré que certains fabricants pouvaient récupérer des informations personnelles, même provenant d'amis d'utilisateurs qui pensaient avoir bloqué les partages.

Facebook a rappelé dans son communiqué avoir annoncé en avril la fin de ses collaborations pour les interfaces, en raison de la popularité des boutiques en ligne d'applications.

Ce n’est pas la première fois que Facebook se retrouve sous les feux de l’actualité à cause d’un partage de données de ses utilisateurs sans leur consentement.

En mars dernier, il a été dévoilé que les données personnelles de millions d'utilisateurs du réseau social ont été collectées par la société Cambridge Analytica et utilisées à des fins politiques.

Ce scandale a forcé le patron de Faceboo Mark Zuckerberg à témoigner devant le Congrès américain.

Avec les informations de Le Figaro.fr, BBC, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno