•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Robin Aubert s’en prend aux distributeurs québécois du film Les Affamés

La réaction de Robin Aubert après le Gala Québec Cinéma
Radio-Canada

Alors que son film est sorti grand gagnant du Gala Québec Cinéma, dimanche, Robin Aubert a réglé quelques comptes en coulisses après la soirée. Il s'en est notamment pris à la stratégie des distributeurs des Affamés.

Les affamés a eu beau triompher avec huit Iris, dont trois remis dimanche soir, Robin Aubert garde la tête froide et n’oublie pas certaines déceptions. Ainsi, si les droits de son film de zombies ont été racheté par Netflix, c’est avant tout, dit-il, parce que les distributeurs québécois n’ont pas cru en lui.

« Christal [Films] et [Les Films] Séville ne font pas de DVD des Affamés, parce que je n’ai pas eu assez d’entrées au cinéma », a-t-il raconté à la journaliste de Radio-Canada Mélanye Boissonnault.

Par conséquent, les amateurs de films de genre comme Les Affamés qui aiment avoir une copie de telles oeuvres cinématographiques se retrouvent à devoir les commander grâce au distributeur espagnol du long métrage, plaide-t-il.

Les distributeurs d'ici ne comprennent pas ce que sont les films de genre. Ce qu’ils veulent, ce sont des films avec Michel Côté.

Robin Aubert

Les victoires au Gala Québec Cinéma ne constituent-elles pas des arguments décisifs pour convaincre ses interlocuteurs de changer de stratégie? « Je m’en fous. [Je] ne veux plus convaincre des comptables. Ça ne donne rien », répond le cinéaste dont un autre film, Tuktuq, était aussi en nomination dimanche au Gala Québec Cinéma.

Se disant « pessimiste, mais réaliste », Robin Aubert pense ainsi que la situation va rester la même pour le film de genre.

« Le [mouvement] #MoiAussi va-t-il faire avancer les rapports entre les femmes et les hommes? Je ne suis pas certain de ça. Pendant quelques mois, on va se la jouer, mais il va y avoir encore [...] des cochons qui vont pogner des fesses de filles. [Donc], est-ce que les Iris vont changer le film de genre au Québec? Pas certain de cela. »

Avec les informations de Mélanye Boissonnault

Cinéma

Arts