•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accident mortel relance le débat sur les courses dans le parc de la Gatineau

Trois policiers de la GRC et une voiture accidentée.

Des agents de la GRC sur les lieux de l'accident qui a fait deux morts le soir du 29 mai 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada / Julie-Anne Lapointe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La sortie de route qui a coûté la vie à deux jeunes automobilistes sur la promenade Champlain, la semaine dernière, incite des résidents de Chelsea à demander aux autorités de s'attaquer au problème des courses automobiles dans le parc de la Gatineau.

Résidente et entrepreneure à Chelsea, Manuela Teixeira croit que la surveillance policière sur les routes du parc ne suffit pas pour dissuader les automobilistes en quête d'adrénaline.

« Il y a des voies avec beaucoup de courbes qui sont intéressantes pour des gens qui veulent courser. Ça fait que ça peut être dangereux, le soir particulièrement, parce qu'il n'y a pas de surveillance », a-t-elle déploré.

« On le sait depuis plusieurs années, mais là, il y a eu un accident mortel. Il faut y voir. »

— Une citation de  Manuela Teixeira, résidente de Chelsea

L'accident mortel du 29 mai est survenu non loin du belvédère Champlain, un lieu de rencontre connu pour les courses automobiles. Selon la Gendarmerie royale du Canada (GRC), la vitesse serait d'ailleurs un des facteurs en cause.

La police fédérale s'est dite « consciente » du problème des courses automobiles dans le parc de la Gatineau. Dans un courriel à Radio-Canada, elle a affirmé patrouiller « régulièrement les routes, y compris durant la nuit [en plus de mettre] en œuvre des programmes ciblés et stratégiques d'application de la loi en matière de contrôle routier ».

Kassy Beausoleil au bord d'une route, devant des arbres.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kassy Beausoleil croit que l'ouverture d'autodromes permettrait aux automobilistes de faire de la vitesse de façon sécuritaire.

Photo : Radio-Canada

Laisser libre cours à l'adrénaline

Employée d'une école de conduite et amatrice d'automobiles, Kassy Beausoleil observe elle aussi l'attrait du parc de la Gatineau pour les amateurs de course.

« C'est ridicule, toutes les autos font de la vitesse. Ici, il n'y a pas beaucoup de police. Tout le monde en profite. »

— Une citation de  Kassy Beausoleil, employée d'une école de conduite

Pour elle, la solution passe d'abord par l'ouverture d'autodromes « pour que les personnes puissent défouler leur adrénaline ».

« Le monde aime ça monter leur char. Moi, c'est une passion, pour mon conjoint et mes amis aussi », a expliqué la jeune femme.

D'après un reportage d'Audrey Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !