•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'imam Hassan Guillet veut se présenter pour le Parti libéral du Canada

L’imam Hassan Guillet, porte-parole au Conseil des imams du Québec
Hassan Guillet s'est fait connaître mondialement en 2017, lors d'un discours remarqué aux funérailles des victimes de la mosquée de Québec. Photo: Radio-Canada

Son sermon avait fait le tour du monde au lendemain de l'attentat à la mosquée de Québec. Le porte-parole du Conseil des imams du Québec souhaite maintenant rejoindre les troupes de Justin Trudeau. Hassan Guillet sera candidat à l'investiture libérale dans la circonscription de Saint-Léonard–Saint-Michel, à Montréal, lors d'une prochaine élection partielle.

Un texte de Thomas Gerbet

Hassan Guillet a fait part de ses intentions sur Facebook, vendredi : « Je planifie me présenter aux élections fédérales. » Puis il l'a confirmé samedi, à la suite d'un appel de Radio-Canada.

L'imam de la mosquée de Saint-Jean-sur-Richelieu, résident de Saint-Rémi, en Montérégie, en a profité pour publier son curriculum vitae. Ingénieur et avocat à la retraite, il a été directeur des achats stratégiques pour Bombardier et maîtrise sept langues.

Ses intentions ont suscité un débat sur le réseau social. « Un imam est perçu comme un homme religieux et un homme religieux n’a pas de place en politique dans un état laïque », a déclaré Lamine Foura, le fondateur du Congrès maghrébin au Québec.

Une candidature d’un imam va être perçue comme une ingérence de la religion en politique.

Lamine Foura, fondateur du Congrès maghrébin du Québec.

« Ce n'est pas l'imam qui se présente, a répondu Hassan Guillet. C'est l'homme polyglotte avec le parcours multidisciplinaire et une culture universelle et multiconfessionnelle. »

Hassan Guillet a déclaré par la suite qu'il renoncerait à son rôle d'imam dès le début de la campagne électorale. « Je n'attendrai pas d'être à la Chambre des communes. »

Le député de Saint-Léonard–Saint-Michel, Nicola Di Iorio, avait annoncé sa démission fin avril. Le premier ministre Trudeau aura six mois après le départ du député pour déclencher une élection partielle.

D'autres religieux ont fait de la politique au Canada.

Par exemple, en 1976, les prêtres Jacques Couture et Louis O'Neill ont été nommés ministres du gouvernement de René Lévesque.

Et en 2006, l'abbé Raymond Gravel a été élu député fédéral pour le Bloc québécois.

Politique fédérale

Politique