•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camps militaires dans le Kamouraska en marge du G7

Surveillance aérienne durant le G7
Radio-Canada

La sécurité entourant la tenue du sommet des leaders du G7, cette semaine, à La Malbaie, dans Charlevoix, s'étend jusque de l'autre côté du fleuve Saint-Laurent. Deux camps militaires temporaires ont été érigés à Saint-Roch-des-Aulnaies et Saint-André-de-Kamouraska pour faire de la surveillance aérienne par radar.

Un texte de Julie Tremblay

Ces deux municipalités se trouvent dans une zone où seuls les vols servant à des opérations policières ou de sauvetage seront autorisés pendant les jours entourant la tenue du G7, soit entre le 7 et le 10 juin.

Rivière-du-Loup, Saint-André-de-Kamouraska et Saint-Roch-des-Aulnaies font partie d'un périmètre où les vols sont restreints pendant la tenue du G7. Une autre zone plus large d'étend jusqu'à la base militaire de Bagotville.Rivière-du-Loup, Saint-André-de-Kamouraska et Saint-Roch-des-Aulnaies font partie d'un périmètre où les vols sont restreints pendant la tenue du G7. Une autre zone plus large s'étend jusqu'à la base militaire de Bagotville. Photo : Radio-Canada

À Saint-André-de-Kamouraska, les militaires se sont installés sur un terrain privé, presque à l'insu de la municipalité, explique le maire, Gervais Daris.

Ils ne s'identifient pas, ils n'ont pas eu de contact avec la municipalité. Le seul contact qu'on a eu avec eux, c'est quand ils ont demandé au mois de mars qu'on ouvre la route saisonnière qui mène à ce site-là.

Gervais Daris, maire de Saint-André-de-Kamouraska

Malgré la présence d'une vingtaine de militaires de l'armée canadienne sur place depuis le mois de mai, il y aura peu de retombées économiques pour la petite municipalité. Le terrain a été loué à un particulier, l'armée a apporté ses propres équipements et les militaires dorment dans la région de Rivière-du-Loup.

Camions militaires et radarDes militaires canadiens et américains font de la surveillance aérienne par radar à Saint-Roch-des-Aulnaies en marge du G7. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Une cinquantaine de kilomètres plus à l'ouest, à Saint-Roch-des-Aulnaies, ce serait une dizaine de soldats des armées américaines et canadiennes qui ont été dépêchés, selon le maire, André Simard. Ces soldats font partie de la NORAD, le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord. La municipalité a loué un de ses terrains pour 1000 $ par jour.

radarDes radars comme celui-ci ont été installés par le Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord, plus communément appelé NORAD, pour faire de la surveillance aérienne. Photo : Armée canadienne/Caporal Nathan Moulton

« Ce qu'on nous a dit, c'est qu'il n'y aurait pas de campement sur les lieux, mais il va y avoir une surveillance 24 h sur 24 avec un système de relais », affirme M. Simard.

L'aéroport de Rivière-du-Loup doit cesser ses activités

Pendant les jours entourant le G7, l'aéroport de Rivière-du-Loup pourrait aussi être sollicité par les services de sécurité. L'aéroport se trouve dans un rayon de 60 kilomètres autour du Manoir Richelieu où se tient le G7, dans une zone où les vols seront restreints aux activités de sécurité et de sauvetage.

Le directeur de l'aéroport de Rivière-du-Loup, Martin Hivon, affirme qu'il s'attend à ce que la GRC utilise l'aéroport pour certains vols, comme l'aéroport de Charlevoix sera très achalandé.

Avec la présence militaire et la présence de la GRC qu'il y a [à Charlevoix], il y a du trop-plein. Nous on est très proches, on est à l'intérieur de la zone. À distance d'avion, c'est quelques minutes, alors on leur a offert, au lieu d'aller tous à Charlevoix, de venir ici et de se ravitailler ici.

Martin Hivon, directeur de l'aéroport de Rivière-du-Loup
Aile d'avion et aéroportLes vols sont restreints à l'aéroport de Rivière-du-Loup dans les jours entourant la tenue du G7 à La Malbaie. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Martin Hivon affirme avoir rencontré la GRC à deux reprises pour discuter de la sécurité entourant le G7. Il s'attend cependant à être mis au courant de ses intentions à la dernière minute.

Bas-Saint-Laurent

Politique internationale