•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces monstres merveilleux qui hanteraient les lacs du Manitoba

Représentation d'une femelle mosasaure et son bébé, animal ayant existé il ya des millions d'années.

Représentation d'une femelle mosasaure et son bébé, animal ayant existé il ya des millions d'années.

Photo : Dan Varner

Radio-Canada

Quand vous irez à la plage cet été, muni de votre chapeau, écran solaire et chasse-moustiques, n'oubliez pas vos jumelles et votre appareil photo. On ne sait jamais : Manipogo ou Winnippogo pourraient se manifester devant vos yeux, eux qui hanteraient depuis toujours les lacs du Manitoba.

« Pendant plus de 100 ans, des gens ont indiqué avoir vu des créatures dans les lacs et les rivières du Manitoba. C’est un peu notre version du Loch Ness », raconte l'ovniologue winnipégois Chris Rutkowski, auteur de Unnatural History : True Manitoba Mysteries (Une histoire pas si naturelle : de vrais mystères au Manitoba).

« Les gens disent que ces choses existent vraiment, ajoute-t-il. Aucune preuve scientifique le démontre, mais nous avons tout de même ce corpus de témoignages. Qu’est-ce qu’on peut faire, alors, sinon écouter et tenter de comprendre ce que les témoins ont signalé? »

Le fossile d'une gigantesque créature marine.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le fossile du plus grand mosasaure connu – affectueusement surnommé Bruce – a été découvert en 1974 à l'ouest de Morden, un village situé à 120 kilomètres au sud-ouest de Winnipeg. Le fossile mesure 13,1 mètres de long et est exposé au Canadian Fossil Discovery Centre (CFDC), à Morden.

Photo : La Presse canadienne / JOHN WOODS

Que sont donc ces phénomènes signalés au cours des ans?

Une bête ayant une forme de serpent mesurant de 4 à 15 mètres, de couleur brun-noir, avec au moins une bosse visible hors de l’eau. Sa tête est parfois décrite comme ressemblant à celle d’un cheval, d’un chameau ou d’un mouton, et d’autres fois comme étant plutôt plate et de forme rhomboïdale.

Des témoins, qui décrivent une sorte d'animal préhistorique ressemblant à un mosasaure, ont aussi rapporté l’avoir entendu pousser un cri au moment où il remonte à la surface de l’eau.

Nommer le monstre

L'année 1960 a été fertile en observations du monstre marin, et c’est autour de cette époque qu’il reçoit un nom : Manipogo.

Tom Locke, qui travaille pour le gouvernement provincial, le nomme ainsi d’après le nom de la province (Manitoba) et celui d’une autre créature fabuleuse, Opopogo, qui hanterait le lac Okanagan en Colombie-Britannique. Il dit avoir observé trois créatures nageant sur les rives du lac Manitoba en 1960.

D’autres ont vu le monstre Winnipogo, nommé ainsi d'après le lac Winnipeg ou le lac Winnipegosis - à ce jour encore la question n'est pas tranchée.

Les Autochtones racontent depuis plusieurs siècles des histoires concernant Manipogo. La première observation documentée faite par une personne d'origine européenne remonte à 1909. Commerçant en fourrure pour le compte de la Compagnie de la Baie d’Hudson, Valentine McKay dit avoir vu une grande créature dans le lac Cedar.

En 1935, un inspecteur forestier, C.F. Ross a décrit une créature ressemblant à un dinosaure doté d’une corne, tandis qu’en 1948, C.P. Alric clame avoir observé une créature émerger du lac en poussant le « cri d’un dinosaure préhistorique ».

Le buste d'un orignal qui nage dans une eau calme du bouclier canadien. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un orignal dans l'eau qui a été pris pour un monstre marin.

Photo : Frontiers of Zoology

Le Manitoba, pays des merveilles

Selon le site Internet Mysterious Universe, le Manitoba occupe une place particulière dans l’univers des monstres en raison de l’invention du mot « cryptide ».

Le Manitobain John Mall a inventé le mot cryptide, nommant ainsi un animal ou une plante dont on suppose l’existence, sans en avoir une preuve scientifique. La cryptozoologie est l’étude des cryptides.

Selon le Centre for Fortean Zoology, organisme britannique qui se consacre à la cryptozoologie, le Manitoba est le « pays des merveilles pour les cryptides », en raison de ses 110 000 lacs, ses 263 000 kilomètres carrés de forêts, ses nombreux marais, rivières et prairies, lieux d’errance rêvés pour toutes créatures inconnues.

Pour Chris Rutkowski, le fait qu’on continue de rapporter des observations montre à quel point ces légendes exercent une fascination encore bien réelle. Des observations sont ainsi signalées au lac West Hawk, à Traverse Bay sur le lac Winnipeg, sur la rivière Crane et le lac Waterhen. Manipogo aurait été vu en 2004, 2009, 2011 et 2012.

Le charme opère toujours.

Chris Rutkowski, ovniologue


À la recherche de Manipogo

Plusieurs tentatives pour trouver Manipogo ont eu lieu au cours des ans, note Chris Rutkowski. Dans les années 60, le zoologiste James McLeod a exploré en vain des cavernes et des crevasses le long du lac.

Une vielle photo noir et blanc avec un serpent, un ver, ou encore un monstre marin. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le légendaire manipogo

Photo : Richard Vincent

La seule photo - floue - de Manipogo, aurait été prise par Richard Vincent en août 1962. Plusieurs doutent que la forme sur la photo soit celle d’un animal qui nage. Peut-être était-ce un bout de bois? Des années plus tard, Richard Vincent préférait parler de la « chose » qu’il avait vue, plutôt que d’un monstre.

Chris Rutkowski le répète : « Toutes ces histoires restent fascinantes. Mais il faut aussi insister sur le fait que si les gens ont vu quelque chose, c’est probablement un tour que leur a joué leur imagination. »

Pour celui qui mène des recherches depuis 30 ans sur ces phénomènes, plusieurs hypothèses peuvent expliquer ces observations.

Il peut ainsi s’agir d’un orignal nageant avec la tête hors de l’eau, son dos bossu apparaissant à la surface.

Il peut aussi s’agir d’un esturgeon, poisson d'eau douce assez commun au Manitoba. Plusieurs détails des observations cadrent avec la forme et les mouvements de ces poissons qui peuvent atteindre une taille assez imposante.

Selon Hydro-Manitoba, la croissance des esturgeons se poursuit pendant toute leur vie, et leur taille moyenne est de 1,5 mètre. Mais ils peuvent atteindre 2,5 mètres et peser plus de 140 kilogrammes.

Deux hommes tiennent un immense poisson dans l'eau. Le poisson fait environ la taille des deux mis ensemble. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un véritable monstre préhistorique qui vit encore dans nos lacs et nos rivières : l'esturgeon.

Photo : Emanuel Kowalkowski/YouTube

« Ceci dit, ajoute Chris Rutkowski, quand vous parlez à des gens qui insistent pour dire que, non, ce qu’ils ont vu était bel et bien un monstre marin, que voulez-vous faire de ces cas? Vous les ajoutez à la liste des observations qui alimentent la mythologie entourant ce merveilleux phénomène. En sachant que parfois, ajouter un peu de magie à nos vies, c’est exactement ce dont nous avons besoin. »

Avec des informations de Darren Bernhardt

Animaux

Société