•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement populiste de Giuseppe Conte prête serment en Italie

Le premier ministre italien Giuseppe Conte (droite) dirige la première réunion de son cabinet.

Photo : Reuters / Remo Casilli

Agence France-Presse

Le premier gouvernement d'alliance entre un jeune mouvement populiste et un parti d'extrême droite a prêté serment vendredi à Rome, sous la direction de Giuseppe Conte, un juriste novice en politique à qui il appartient maintenant de mettre en oeuvre une politique anti-austérité et sécuritaire.

M. Conte, qui la veille donnait encore son cours de droit privé à l'Université de Florence, a prêté serment le premier sous les ors du Quirinal, le palais de la présidence à Rome.

L'ont suivi les deux hommes forts de ce gouvernement populiste, le premier dans un pays fondateur de l'Union européenne : Matteo Salvini, 45 ans, patron de la Ligue (extrême droite), et Luigi Di Maio, 31 ans, chef de file du Mouvement Cinq Eoiles (M5S, antisystème), ont juré devant le président Sergio Mattarella d'exercer leurs fonctions « dans l'intérêt exclusif de la Nation ».

Après près de trois mois de tractations et de rebondissements inédits même pour un pays rompu aux crises politiques, les populistes italiens ont finalement trouvé un compromis avec le chef de l'État qui exigeait des garanties sur le maintien du pays dans la zone euro.

Veto présidentiel

Giuseppe Conte, la mine basse, devant des drapeaux de l'Italie et de l'Union européenne. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Giuseppe Conte, de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles, avait été choisi mercredi par le président de l'Italie afin de former un gouvernement de droite.

Photo : AFP / Getty Images / Vincenzo Pinto

Le président avait opposé un veto spectaculaire à une première liste dimanche. Mais jeudi soir, il a signé avec un soulagement visible une liste amendée comprenant 18 ministres, dont 5 femmes, représentant à parts égales les forces politiques sorties victorieuses des législatives du 4 mars, bien que le M5S ait obtenu plus de 32 % des voix et la Ligue 17 %.

C'est donc M. Conte, 53 ans, inconnu des Italiens il y a encore 15 jours, qui sera assis à côté de M. Mattarella samedi pour la parade militaire de la fête nationale.

Il devrait ensuite se présenter en début de semaine prochaine devant le Parlement pour y obtenir la confiance, avant de représenter son pays en fin de semaine au sommet du G7 au Canada.

Luigi Di Maio et Matteo Salvini deviennent vice-premiers ministres, le premier chargé du Développement économique et du Travail, et le second de l'Intérieur.

Nombre de commentateurs s'interrogent d'ores et déjà sur la marge de manoeuvre dont disposera M. Conte, sans expérience politique, face à ses deux « vices » qui l'ont fait roi.

Le très sensible ministère de l'Économie et des Finances revient à Giovanni Tria, un professeur d'économie politique proche des idées de la Ligue en matière fiscale, mais favorable au maintien de l'Italie dans l'euro.

Au départ pressenti pour ce poste, Paolo Savona, un économiste de 81 ans qui considère l'euro comme « une prison allemande », devient ministre des Affaires européennes. Il sera accompagné du très européen Enzo Moavero Milanesi, qui a travaillé pendant 20 ans à Bruxelles, a été ministre des Affaires européennes (2011-2014) et qui devient ministre des Affaires étrangères.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est dit confiant dans la « capacité et la volonté du nouveau gouvernement de s'engager constructivement avec ses partenaires européens et les institutions européennes afin de maintenir le rôle central de l'Italie dans le projet commun européen ».

Et le porte-parole du gouvernement allemand, Stefan Seibert, a assuré : « Nous serons ouverts à l'égard [du nouveau gouvernement] et ferons tout notre possible pour avoir une bonne collaboration ».

Bonne réaction des marchés

Fébriles ces dernières semaines, les marchés financiers ont salué la fin de l'incertitude vendredi : en milieu d'après-midi, la Bourse de Milan gagnait près de 2 % et le « spread », l'écart entre les taux d'emprunt allemand et italien à dix ans qui s'était envolé au-dessus des 300 points en début de semaine, continuait de baisser pour passer sous les 230 points.

Le « gouvernement du changement » est désormais attendu sur son programme, qui tourne résolument le dos à l'austérité et aux « diktats » de Bruxelles, pariant sur une politique de croissance économique pour réduire la colossale dette publique italienne.

Il promet un abaissement de l'âge de la retraite, des baisses d'impôts draconiennes – cheval de bataille de la Ligue – et l'instauration d'un « revenu de citoyenneté » de 780 euros par mois, promesse phare du M5S.

Synthèse de deux philosophies politiques, il présente aussi bien la rhétorique du M5S sur l'environnement, les nouvelles technologies ou la moralisation de la vie publique que le tour de vis sécuritaire, anti-immigrés et anti-islam de la Ligue, alliée en Europe du Front national (FN) français, dont la présidente Marine Le Pen a salué l'arrivée de Matteo Salvini à l'Intérieur.

M. Salvini a promis dès jeudi soir « une approche culturelle légèrement différente », avec par exemple « un bon coup de ciseaux » dans les fonds destinés à l'accueil des demandeurs d'asile.

« Ils gèrent leur pays comme ils veulent et si moi, migrant, ça ne me plaît pas, je dégage », a réagi pour l'AFP un demandeur d'asile ivoirien de 32 ans sous couvert de l'anonymat. « Ça ne sert à rien de s'inquiéter. Bon ou mauvais, je n'ai pas voix au chapitre ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International