•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens de Fredericton veulent préserver le legs d'un lieu historique

De très grands arbres et des édifices historiques bordent la place publique.

La place des Officiers, à Fredericton, a servi à des activités des forces britanniques de 1785 à 1869, puis à celles des Forces armées canadiennes jusqu'en 1914.

Photo : CBC

Radio-Canada

Des travaux majeurs à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, font craindre la destruction de possibles vestiges des premiers habitants malécites, acadiens et britanniques.

Les travaux ont commencé dans la promenade Sainte-Anne et d’autres sont planifiés pour la place des Officiers, mais sans fouilles archéologiques au préalable.

De nombreux artéfacts ont été mis au jour non loin de la place des Officiers lors de fouilles effectuées en 2016 durant la construction d’un hôtel. Les archéologues avaient trouvé de la vaisselle et des ossements d'animaux, entre autres. Ces vestiges du passé donnent de l'information sur les premiers habitants du territoire occupé aujourd’hui par la ville.

Le sous-sol de la place des officiers pourrait contenir des traces des Malécites remontant à 8000 ans, ainsi que des objets ayant appartenu aux Acadiens et aux Britanniques.

Le potentiel relativement aux découvertes archéologiques est énorme, selon l’archéologue Jason Jeandron. Il croit qu'on pourrait y trouver des ustensiles, des outils, voire des restes humains des Acadiens du XVIIIe siècle.

L'existence d'un village acadien dans les environs de la pointe Sainte-Anne est d'ailleurs fréquemment évoquée dans la culture locale.

Le maire de Fredericton, Mike O'Brien, a demandé aux employés municipaux, mercredi, de revoir le plan de revitalisation de la place des officiers afin de protéger de vieux arbres. Des gens ont manifesté mercredi pour s’opposer à la coupe des arbres.

Quant aux possibles artéfacts, le maire indique qu’un archéologue est sur les lieux, mais qu’il n’est pas question de faire des fouilles.

Le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, John Ames, a le pouvoir d'imposer des fouilles archéologiques, mais il ne s’est pas encore prononcé à ce sujet.

Par contre, le ministre a expliqué que la Ville n'a pas l’autorisation de couper les arbres et de creuser dans la place des officiers. Il a rappelé que c’est un site patrimonial. Il veut voir les plans de la Ville avant de donner son approbation.

Avec les informations de Michel Corriveau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Histoire