•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin de Drummondville accusé d'agression sexuelle

Vincent Simard à son arrivée au palais de justice de Drummondville

Vincent Simard à son arrivée au palais de justice de Drummondville

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Radio-Canada

Vincent Simard, un médecin drummondvillois de 34 ans, a comparu vendredi matin au palais de justice de Drummondville. Il doit répondre à plusieurs accusations de nature sexuelle sur deux personnes mineures.

Il fait face à des accusations de contact sexuel avec un enfant âgé de moins de 16 ans, de contact sexuel alors qu’il était en situation d’autorité ou de confiance, et d'agression sexuelle.

Le suspect avait été arrêté à son domicile jeudi.

On ignore pour l'instant si les victimes présumées sont des garçons ou des filles, de même que le contexte dans lequel les agressions auraient été perpétrées. Les faits reprochés au médecin, qui est aussi artiste à ses heures, se seraient déroulés à Drummondville entre le 1er décembre 2014 et le 28 juillet 2017.

L’homme a pu reprendre sa liberté en respectant plusieurs conditions usuelles, dont celles de ne pas communiquer avec ses présumées victimes et de ne pas fréquenter des parcs ou des lieux communautaires où pourraient se trouver des mineurs.

Selon le bottin du Collège des médecins du Québec, Vincent Simard est un médecin de famille qui pratique à l'Hôpital Sainte-Croix de Drummondville.

Vincent Simard pourra pour l'instant poursuivre sa pratique médicale, mais de façon supervisée, selon la procureure, Me Vicky Smith.

En fin d'après-midi jeudi, le Collège des médecins n'avait pas été mis au courant des accusations qui pesaient contre Vincent Simard. La porte-parole, Leslie Labranche, rappelle cependant que le suspect a 10 jours pour en informer le Collège.

Le dossier reviendra en cour le 10 août prochain.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Estrie

Procès et poursuites