•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restructuration en santé : deux autres services d'urgence ferment

Entrée de l'hôpital
Les hôpitaux Concordia et Seven Oaks perdent leur service d'urgence dans le cadre de la deuxième phase de la restructuration du système en santé. Photo: Radio-Canada / Julianne Runne

Dans le cadre de la deuxième phase de son plan de restructuration du système de soins de santé, l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORSW) annonce la fermeture de l'urgence à l'Hôpital Concordia en juin 2019, et la transformation du service d'urgence de l'Hôpital général Seven Oaks en un centre de soins d'urgence mineure en septembre 2019.

De plus, à compter de cette année, les services de médecine de l'Hôpital Concordia et de l'Hôpital général Seven Oaks seront modifiés afin de se concentrer sur des soins hospitaliers communautaires mineurs et sur des services de soins de transition, souligne l’ORSW.

Les unités de soins intensifs des hôpitaux Concordia et Seven Oaks sont transférées au Centre des sciences de la santé de Winnipeg (CSS), à l’Hôpital Grace et à l'Hôpital Saint-Boniface.

Agrandissement et amélioration des services

La mise en œuvre de la deuxième phase s’est entamée cette semaine avec l’ouverture du nouveau service d’urgence de l’Hôpital Grace. L’ORSW croit que ce service pourra assurer le service de 60 000 patients par année.

La deuxième étape du plan de restructuration entraînera aussi des travaux afin d’améliorer et d’agrandir les services d’urgences du CSS et de l'Hôpital Saint-Boniface.

L'Hôpital Saint-BonifaceL'Hôpital Saint-Boniface Photo : Radio-Canada

L’ORSW croit que ces mises à niveau « augmenteront la capacité des services d'urgence et amélioreront les espaces de traitement ».

Le nombre de lits de cardiologie à l'Hôpital Saint-Boniface passera de 32 à 48, afin d’y regrouper les soins aux patients cardiaques.

De plus, l’ORSW prévoit le transfert de 52 lits des hôpitaux Grace et Seven Oaks à l'Hôpital Victoria d’ici décembre afin d’y concentrer les services de santé mentale, ce qui s'ajoute aux ressources du CSS et de l'Hôpital Saint-Boniface.

La deuxième phase comporte également d'importants travaux de réaménagement visant à améliorer les services d'urgence du CSS et de l'Hôpital Saint-Boniface.

« Des résultats positifs »

Un an après la mise en place de la première phase de son plan, le ministre de la Santé, Kelvin Goertzen, et les responsables de l’ORSW se félicitent des changements.

« Je sais que beaucoup d’entre vous étaient sceptiques, a dit le ministre de la Santé en conférence de presse. Nous avons vu des résultats. »

Des chiffres de l’ORSW confirment les propos du ministre et démontrent que le nombre de visites au centre de soins d’urgence mineure de l’Hôpital Victoria a augmenté de 28 % et que les temps d’attente ont diminué de 29 %. Le nombre de personnes qui attendent à l'hôpital d'avoir une place dans un foyer de soins de longue durée « n'a jamais été aussi bas », et demeure à moins de 20.

Un panneau qui affiche le centre de soins de santé pour les urgences non dangereuses de l'hôpital Victoria, après la fermeture de la salle d'urgence.
La salle d'urgence de l'Hôpital Victoria à Winnipeg est devenue en 2017 un centre de soins de santé pour les urgences mineures. Photo : Radio-Canada

« Nous avons déjà constaté d'importantes améliorations au cours des six derniers mois, soit depuis le début du regroupement, a déclaré Réal Cloutier, président-directeur général par intérim de l'ORSW. Globalement, nous avons constaté une diminution de 16 % sur 12 mois des délais d'attente dans les services d'urgence, notre plan n'ayant encore été réalisé qu'à moitié. »

Le Syndicat des infirmières dit qu’il faudrait plus de temps

La présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba, Sandi Mowat, doute que les rénovations à l’Hôpital Saint-Boniface et au Centre des sciences de la santé soient terminées à temps pour absorber la hausse de patients liée aux nouvelles fermetures.

« Ces fermetures étaient censées avoir lieu ce printemps-ci, déclare-t-elle. Que l’ORSW ait pris du recul est une bonne chose, mais je pense que les services auront besoin d’un peu plus de temps encore. Il s’agit ici d’un secteur important de la ville qui va perdre l’accès à cette ressource. Où ces habitants vont-ils aller chercher des soins? Vont-ils se rendre dans des services qui sont déjà surchargés? », s’interroge Mme Mowat.

Encore une fois, on met la charrue avant les boeufs.

Sandi Mowat, présidente du Syndicat des infirmières du Manitoba

La présidente du syndicat précise que, chaque jour, des infirmières lui rapportent des situations faisant état de salles d’urgence débordées avec un nombre jamais vu de patients en attente d’être soignés.

Elle ajoute que la réorganisation de l’Hôpital Saint-Boniface a entraîné un mouvement de personnel important, particulièrement en salle de travail et d’accouchement, qui ajoute à la pression ressentie par le personnel.

La révision du système de santé avait commencé l’an dernier, à la suite du dépôt d'un rapport de 233 pages, qui avait été préparé et rédigé par le médecin et consultant en santé David Peachey.

Le document recommandait au gouvernement de se concentrer sur 10 domaines prioritaires, dont les soins palliatifs, la santé mentale et les problèmes de dépendance, les soins à domicile et les services de santé maternelle.

Manitoba

Santé