•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs des principaux partis en Ontario condamnent les tarifs douaniers américains

Des rouleaux d'acier sont déplacés dans l'usine d'ArcelorMittal à Hamilton, au Canada.
La Maison-Blanche a annoncé que le Canada pourrait être exempté de taxes sur l'acier et l'aluminium. Photo: Reuters / Peter Power
Radio-Canada

Les tarifs douaniers américains de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur les importations d'aluminium en provenance du Canada, notamment, doivent entrer en vigueur jeudi soir à minuit. En Ontario, les candidats à l'élection provinciale n'ont pas tardé à dénoncer ces mesures.

L'industrie de l'acier en particulier est un acteur économique important dans la province. Selon les données gouvernementales, l'Ontario « représente plus de 70 % de la capacité canadienne de production d'acier » avec entre autres des usines à Sault-Sainte-Marie et à Hamilton. L’industrie sidérurgique compte aussi 16 000 emplois directs et près de 53 000 emplois indirects en Ontario.

La première ministre sortante, Kathleen Wynne, a été la première à réagir jeudi en qualifiant les tarifs douaniers d’« inacceptables ».

« Cette décision à courte vue est une attaque à l’industrie ontarienne de l’acier et à ses travailleurs. Ce n’est pas le geste d’un ami, d’un allié ou d’un partenaire économique », a déclaré la chef libérale par voie de communiqué.

J’ai parlé au premier ministre [Trudeau] hier pour exprimer nos préoccupations et pour demander au fédéral de prendre les mesures de représailles les plus fortes possible afin de protéger nos travailleurs ainsi que nos industries de l’acier et de l’aluminium.

Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario

À une semaine de l’élection provinciale, Kathleen Wynne appelle aussi le Parti progressiste-conservateur de Doug Ford et le Nouveau Parti démocratique d’Andrea Horwath à se joindre à elle afin que l’Ontario parle d’une seule voix.

Elle assure d’ailleurs que si elle est réélue, sa priorité sera d’appuyer les industries de l’acier et de l’aluminium.

Doug Ford affirme quant à lui que, s’il est élu le 7 juin prochain, il travaillera avec « le gouvernement fédéral pour résoudre les problèmes commerciaux afin que l’Ontario soit de nouveau ouvert pour les affaires ».

Ces nouveaux tarifs douaniers dommageables imposés au Canada par les États-Unis vont rendre les choses encore plus difficiles pour une industrie de l’acier déjà en difficulté et pour nos travailleurs.

Doug Ford, chef du Parti progressiste-conservateur (communiqué)

La chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, a aussi condamné, par voie de communiqué, ces nouvelles mesures de l’administration Trump.

Elle se présente d’ailleurs dans la circonscription de Hamilton-Centre, où l'industrie sidérurgique est l'une des plus importantes de la ville.

En mars dernier, la Chambre de commerce de Hamilton estimait qu’environ 40 000 emplois seraient touchés directement ou indirectement dans la municipalité si des droits douaniers étaient imposés.

Le protectionnisme dangereux du président Donald Trump n’a pas sa place dans le marché nord-américain hautement intégré de l’aluminium et de l’acier. Cela va faire des dégâts sur de multiples industries des deux côtés de la frontière.

Andrea Horwath, chef du Nouveau Parti démocratique (communiqué)

Andrea Horwath a par ailleurs attaqué son adversaire libérale, Kathlen Wynne, et le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

« ... Tous les gestes qu’ils ont posés, tout cela n’a servi à rien, et les conséquences de cette inefficacité sont incalculables [...] Si je suis élue première ministre, je rencontrerai tout de suite les responsables canadiens et états-uniens, afin de tout faire pour que nos industries soient exemptes de ces tarifs punitifs et dévastateurs. »

Industries

Économie