•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Non, les vaccins n'ont pas été conçus pour propager le cancer

Nous voyons un homme parler à la caméra, surplombé d'une médecin qu s'apprête à donner un vaccin. « C'est officiel : le vaccin antigrippal est conçu pour propager le cancer », est-il écrit.

Capture d'écran de la fausse nouvelle sur les vaccins et le cancer.

Photo : Capture d'écran

Jeff Yates

CHRONIQUE - [Soupir] Parfois, je me demande si mon travail est utile, si je sers à quelque chose dans la vie.

Un article affirme que les vaccins antigrippaux ont été « conçus pour propager le cancer » (Nouvelle fenêtre). Je l'avais vu il y a quelques semaines, mais je n'ai rien fait pour corriger le tir. L'idée me semblait tellement ridicule que je me suis dit que personne n'y croirait.

Visiblement, je me trompais. Il a été partagé près de 80 000 fois sur Facebook en 3 semaines. Plusieurs lecteurs m'ont affirmé, pas plus tard qu'hier, l'avoir vu circuler. Misère.

Selon l'article, un certain Dr John Bergman a affirmé que les vaccins antigrippaux contenaient des agents cancérigènes et qu'ils étaient dangereux pour la santé, rien de moins. De plus, l'article cite une spécialiste qui assure que ces vaccins ont causé une mutation dangereuse dans le virus de la grippe.

Pourtant, il est tellement facile de voir que l'article en question est simplement une (très approximative) traduction automatisée d'un article en anglais apparu sur le site de fausses nouvelles bien connu (Nouvelle fenêtre) Neon Nettle. Un « haut médecin »? Vraiment?

De plus, plusieurs articles de vérification expliquent pourquoi ce n'est pas vrai, tant en anglais (Nouvelle fenêtre) qu'en français (Nouvelle fenêtre).

Nous pouvons aussi voir que ce fameux Dr John Bergman est en fait un chiropraticien (Nouvelle fenêtre), et non un médecin spécialiste des vaccins.

La vidéo dans laquelle il affirme que les vaccins contiennent des agents cancérigènes (Nouvelle fenêtre) est truffée de faussetés. Il affirme notamment que :

- le Center for Disease Control (CDC), organisme américain de santé publique, est incapable d'estimer combien de gens meurent de l'influenza chaque année... alors que le CDC évalue que de 12000 à 56000 personnes en meurent (Nouvelle fenêtre).

- les vaccins contiennent des cellules de fœtus avortés. En fait, certains vaccins (Nouvelle fenêtre) – mais pas celui contre la grippe – contiennent des lignées de cellules reproduites à partir de cellules cultivées dans deux fœtus avortés il y a plus de 50 ans (Nouvelle fenêtre), mais on parle d'un milliardième de gramme.

- le fait de faire de la fièvre est une bonne chose. C'est faux (Nouvelle fenêtre).

Et que dire de la citation de la responsable de la santé publique, Anna Treague : « Je crois que le faible taux effectif du vaccin cette année est dû aux mutations du virus du vaccin lui-même (sic) »? Celle-ci a été prise totalement hors contexte (Nouvelle fenêtre) dans l'article, et son sens a été déformé. Elle expliquait que le virus utilisé pour créer le vaccin avait subi des mutations pendant le processus de manufacture, qu'il ne correspondait donc plus à la souche qui circulait dans la population, et non que le processus de vaccination avait créé une version mutante du virus qui se propageait.

Une petite recherche de cinq minutes aurait suffi avant de le partager. Des articles du genre sont créés par des personnes malhonnêtes qui savent très bien qu'elles déforment la réalité pour vous manipuler et vous inciter à cliquer. Et si vous y avez cru, vous devriez être en beau maudit contre elles.

Et pourtant, gageons que mon article ne sera pas partagé 80 000 fois sur Facebook, jamais en 100 ans.

Fausses nouvelles

Santé